Bataille de Pichincha

La bataille de Pichincha Ă©tait un affrontement guerrier qui eut lieu le 24 mai 1822, entre les troupes de l’armĂ©e patriote dirigĂ©e par le gĂ©nĂ©ral Antonio JosĂ© de Sucre et les troupes royalistes, sous le commandement du gĂ©nĂ©ral espagnol Melchor Aymerich.

La bataille a eu lieu sur les pentes du volcan Pichincha et a abouti Ă  la victoire de l’armĂ©e patriote.

Cela a provoquĂ© la capitulation des Espagnols et la libĂ©ration ultĂ©rieure de Quito, dans ce que l’on appelle le jour oĂą la libertĂ© de l’Équateur a Ă©tĂ© scellĂ©e.

Causes de la bataille de Pichincha

Bataille de Pichincha

Ă€ la bataille de Pichincha, des miliciens de diffĂ©rentes nationalitĂ©s ont participĂ©, ce qui a aidĂ© les crĂ©oles Ă  remporter la victoire. Dans l’Ĺ“uvre, vous pouvez voir Sucre ordonnant l’avancĂ©e des troupes.

Causes externes

La bataille a Ă©tĂ© le rĂ©sultat d’une sĂ©rie de campagnes d’indĂ©pendance dĂ©clenchĂ©es en AmĂ©rique latine, Ă  la suite de la perte de pouvoir de la couronne espagnole en France en 1808.

En 1810, toutes les colonies espagnoles situĂ©es en AmĂ©rique perçoivent l’instabilitĂ© politique en Espagne, dont profitent des personnages crĂ©oles influents qui souhaitent la libĂ©ration de leurs nations.

Parmi ces personnages libertaires figurait le gĂ©nĂ©ral SimĂłn BolĂ­var, dont la stratĂ©gie politique Ă©tait d’incorporer toutes les provinces qui composaient l’audience royale espagnole, d’instituer un État unique capable de faire face Ă  des aspirations rĂ©alistes.

Causes internes

Au cours des annĂ©es 1820, ce mouvement d’indĂ©pendance est consolidĂ© et, le 9 octobre de la mĂŞme annĂ©e, l’indĂ©pendance de Guayaquil vis-Ă -vis de l’Empire espagnol est dĂ©clarĂ©e.

Plus tard, le 3 novembre, l’indĂ©pendance de Cuenca a Ă©tĂ© dĂ©clarĂ©e, grâce Ă  la formation d’une armĂ©e d’environ 1 800 soldats, composĂ©e majoritairement de rĂ©sidents locaux dĂ©sireux de se battre pour la libertĂ© de leur territoire.

En 1821, cette armée patriote avait déjà reçu des renforts militaires, ce qui augmentait les chances de gagner dans un éventuel combat pour la libération de Quito.

DĂ©veloppement de la bataille de Pichincha

La bataille de Pichincha était commandée par le général Antonio José de Sucre du côté des créoles et par le soldat espagnol Melchor Aymerich commandant les royalistes espagnols.

Au cours du mois de mai 1822, BolĂ­var envoya Sucre Ă  Quito, son armĂ©e Ă©tait principalement composĂ©e d’habitants de Guayaquil et de Cuenca et d’hommes d’autres nationalitĂ©s, comme les VĂ©nĂ©zuĂ©liens, les PĂ©ruviens et les Colombiens.

Stratégie Sucre

L’armĂ©e royaliste avançait vers le nord et Sucre, voulant Ă©viter une confrontation frontale, dĂ©cida de flanquer les Espagnols sur les pentes du Cotopaxi, bien que les conditions mĂ©tĂ©orologiques ne soient pas favorables.

Lorsque le gĂ©nĂ©ral espagnol Aymerich apprit la stratĂ©gie de Sucre, il dĂ©cida de retirer ses troupes Ă  toutes les entrĂ©es et ponts de Quito, de cette manière, ils attendirent l’avancĂ©e des crĂ©oles pour pouvoir les attaquer de front.

Les 2971 soldats de Sucre savaient que les soldats espagnols s’Ă©taient retirĂ©s Ă  cause de cela, ils ont traversĂ© les pentes du volcan Pichincha, pour les surprendre.

Le terrain du volcan n’Ă©tait pas en bon Ă©tat et, après une pluie au petit matin du 24 mai, le sol s’Ă©tait transformĂ© en petits marĂ©cages, ce qui rendait les manĹ“uvres difficiles pour les crĂ©oles.

Bataillon AlbidĂłn

Les deux camps ont progressivement envoyĂ© leurs bataillons. Du cĂ´tĂ© des crĂ©oles se trouvait le bataillon de Paya, Trujillo et Yaguachi, qui a fini par battre en retraite en raison de l’attaque espagnole.

Cependant, d’un autre flanc du volcan apparut le bataillon AlbidĂłn, composĂ© de soldats britanniques au service des crĂ©oles, qui, bien qu’ayant Ă©tĂ© rĂ©duit Ă  seulement 443 hommes, Ă©tait indispensable pour gagner la bataille.

Le bataillon AlbidĂłn a avancĂ© vers l’Ejido nord de la ville de Quito, lĂ  ils ont attaquĂ© les royalistes, de cette manière ils ont rĂ©ussi Ă  les maĂ®triser et ont empĂŞchĂ© leur fuite, ainsi, ils ont Ă©miettĂ© la stratĂ©gie espagnole, qui les a forcĂ©s Ă  se rendre.

Conséquences de la bataille de Pichincha

1. Capitulation de Melchor Aymerich

Le lendemain de la bataille, Antonio JosĂ© de Sucre rĂ©ussit Ă  entrer Ă  Quito, la victoire sur les Espagnols fut dĂ©clarĂ©e et la capitulation de Melchor Aymerich fut acceptĂ©e, qui signa la reddition Ă  2 heures de l’après-midi ce jour-lĂ .

2. Indépendance de Quito

La victoire a consolidĂ© l’indĂ©pendance de Quito et a Ă©tĂ© la porte d’entrĂ©e pour d’autres nations d’AmĂ©rique latine pour rejoindre le mouvement de libĂ©ration.

3. Incorporation de Quito Ă  La Gran Colombia

Le 16 juin, la présidence de Quito a été intégrée à La Gran Colombia, un projet politique de Simón Bolívar, dont la prémisse était de former un territoire fort et puissant contre les futurs envahisseurs impériaux.

4. DĂ©but de l’indĂ©pendance de l’Équateur

Le 13 juillet 1822, un an après la bataille, Guayaquil fait partie de la Grande Colombie. Cette situation a durĂ© jusqu’en 1830, lorsque l’Équateur s’est correctement Ă©tabli en tant qu’État indĂ©pendant avec les provinces de Quito, Guayaquil et Cuenca.

 

Étiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *