Chaîne alimentaire

La chaĂ®ne alimentaire, alimentaire ou trophique fait rĂ©fĂ©rence aux relations d’alimentation qui existent entre les organismes d’espèces diffĂ©rentes. Les ĂŞtres vivants interagissent avec l’environnement et avec d’autres ĂŞtres pour acquĂ©rir de l’Ă©nergie et de la matière pour leur croissance. L’une des interactions fondamentales passe par la nourriture.

La chaĂ®ne alimentaire reprĂ©sente la sĂ©quence des organismes en fonction de leur dĂ©pendance alimentaire vis-Ă -vis d’autres organismes, comme une chaĂ®ne de consommation. Cette sĂ©quence signifie Ă©galement le flux d’Ă©nergie du Soleil vers la fin de la chaĂ®ne. Ce transfert d’Ă©nergie entre organismes diminue au fur et Ă  mesure que l’un passe d’un niveau trophique Ă  l’autre.

Niveaux trophiques de la chaîne alimentaire

La niveau trophique fait rĂ©fĂ©rence Ă  la position particulière occupĂ©e par un groupe d’organismes dans la chaĂ®ne alimentaire. Il reprĂ©sente une mesure du type de rĂ©gime alimentaire d’une certaine espèce, qui peut consommer plus d’un niveau trophique.

L’Ă©nergie diminue Ă  chaque niveau Ă  travers diffĂ©rents processus biologiques, tels que la respiration, de sorte que seules des chaĂ®nes de quatre Ă  cinq niveaux maximum peuvent ĂŞtre atteintes.

Premier niveau trophique ou producteurs

Le premier niveau de la chaĂ®ne alimentaire est reprĂ©sentĂ© par le organismes photosynthĂ©tiques, comme les plantes et le phytoplancton. Ă€ ce niveau, l’Ă©nergie du Soleil entre par photosynthèse. Nous connaissons Ă©galement ces organismes comme autotrophes, parce que son Ă©nergie ne dĂ©pend pas des autres ĂŞtres vivants.

Deuxième niveau trophique ou consommateurs primaires

Herbivores de deuxième niveau trophique de la chaîne alimentaire

Le lapin est clairement un consommateur principal.

Les organismes qui consomment les producteurs primaires sont les herbivores: les consommateurs primaires. Exemples d’herbivores que nous obtenons chez les vaches, les lapins

Troisième niveau trophique ou consommateurs secondaires

Les consommateurs secondaires se nourrissent d’herbivores, ce sont donc des carnivores.

Carnivores prédateurs de dernier niveau ou sommet

Les prĂ©dateurs Apex sont des consommateurs qui n’ont pas de prĂ©dateurs et qui sont au sommet de la chaĂ®ne alimentaire. Ă€ ce niveau, vous trouverez l’ours polaire et les Ă©paulards.

Niveau trophique des humains

En 2013, le groupe de scientifiques français dirigĂ© par Sylvain Bonhommeau a dĂ©terminĂ© le niveau trophique de l’homme, sur la base de thĂ©ories Ă©cologiques, dĂ©mographiques et socio-Ă©conomiques. En moyenne, l’ĂŞtre humain est dans le niveau 2.21, chez les herbivores et les consommateurs secondaires, au mĂŞme niveau trophique que les anchois et les porcs. Cela signifie que nous ne sommes pas au sommet de la chaĂ®ne alimentaire comme les prĂ©dateurs.

Par exemple, lorsque nous mangeons un hamburger, le pain est fait de céréales (comme le blé ou le seigle) et la sauce sera à la tomate, nous agissons donc en tant que consommateurs primaires. Le hamburger est fabriqué à partir de vache, nous agirions donc en tant que consommateur secondaire. Les humains et les autres animaux qui consomment à la fois des plantes et des animaux sont appelés omnivores.

Différence entre les chaînes et les réseaux trophiques

réseau trophique trophique

Le réseau trophique comprend plusieurs chaînes alimentaires dans un écosystème.

Dans la nature, diverses chaĂ®nes alimentaires se croisent. Les plantes peuvent ĂŞtre mangĂ©es par diffĂ©rentes espèces d’herbivores, et celles-ci Ă  leur tour peuvent ĂŞtre mangĂ©es par diverses espèces de carnivores. Les rĂ©seaux alimentaires ou rĂ©seaux trophiques comprennent plusieurs chaĂ®nes alimentaires interconnectĂ©es.

Exemples de chaînes alimentaires

Chaînes alimentaires aquatiques

Cryptomones → Zooplancton → Dorosoma cepedianum

Les cryptomones sont des espèces d’algues photosynthĂ©tiques qui vivent dans les lacs et les systèmes marins. Ils sont la nourriture du zooplancton, un groupe d’animaux aquatiques, gĂ©nĂ©ralement microscopiques. Dorosoma cepedianum (nom commun: gĂ©sier ou sardine Ă  lames) est un poisson carnivore au stade larvaire qui se nourrit de zooplancton.

Phytoplancton → Copépode → Clupea sp. → Gadus morhua → Homo sapiens

Le phytoplancton est un groupe d’ĂŞtres autotrophes qui vivent dans des plans d’eau. Ils reprĂ©sentent le niveau 1 de la chaĂ®ne alimentaire car ils sont producteurs. Les copĂ©podes sont de petits crustacĂ©s qui se nourrissent exclusivement de phytoplancton; ce seraient les herbivores des ocĂ©ans, occupant le niveau 2 de la chaĂ®ne alimentaire.

Hareng (Clupea sp.) Est un genre de poisson tĂ©lĂ©ostĂ©en qui vit dans les eaux tempĂ©rĂ©es. Il se nourrit de copĂ©podes, c’est pourquoi il occuperait le niveau 3 de la chaĂ®ne.

Gadus morhua (morue commune, morue de l’Atlantique, morue de Norvège) est une espèce de poisson carnivore qui vit en pleine mer et qui se nourrit principalement de hareng. Il se classe au niveau 4 et / ou prĂ©dateur suprĂŞme s’il n’y avait pas l’industrie de la pĂŞche. Il est très apprĂ©ciĂ© des humains (Homo sapiens) dans la cuisine de certaines rĂ©gions. Dans ce cas, le niveau trophique humain est le prĂ©dateur au sommet (niveau 5).

Chaînes alimentaires terrestres

Lichen (Asterochloris sp./Cladonia sp.) → caribou (Rangifer tarandus) → ours polaire (Ursus maritimus)

Les lichens sont des ĂŞtres symbiotiques entre les champignons et les algues vertes. Chez le symbiote Asterochloris sp./Cladonia sp., Asterochloris est le producteur de photosynthèse, et le champignon symbionte est Cladonia sp. En hiver, ce lichen est une importante source alimentaire du caribou (Rangifer tarandus), un grand mammifère herbivore qui vit dans les rĂ©gions proches de l’Arctique. L’ours polaire (Ursus maritimus) est l’un des animaux les plus carnivores. Pendant la saison de fonte, l’ours blanc dĂ©pend des animaux terrestres, comme le caribou.

Légumineuse (Dalea gypsophila) → Chien des plaines du Mexique (Cynomys mexicanus) → Chevêche des terriers (Athene cunicularia)

Dans les prairies et les dĂ©serts du nord du Mexique, prolifère la lĂ©gumineuse Dalea gypsophila, nourriture du chien de prairie mexicain (Cynomis mexicanus), herbivore endĂ©mique du nord et du centre du Mexique. La ChevĂŞche des terriers (Athene cunicularia) se nourrit non seulement de chiens des terriers, mais s’approprie Ă©galement leurs terriers.

Les références

Bonhommeau, S et coll. Manger la chaîne alimentaire mondiale et le niveau trophique humain. PNAS 2013, 110: 20617-20620.

 

Étiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *