Contexte de la dĂ©couverte de l’AmĂ©rique

La dĂ©couverte de l’AmĂ©rique a eu lieu le 12 octobre 1492 , lorsqu’une expĂ©dition dirigĂ©e par le GĂ©nois CristĂłbal ColĂłn et composĂ©e de trois caravelles (la Pinta, la Niña et la Santa MarĂ­a), sous le commandement des rois de Castille et d’Aragon, a touchĂ© la terre sur l’Ă®le de GuanahanĂ­ (Bahamas) dans le nouveau continent, après un voyage en mer qui a durĂ© un peu plus de deux mois.

Cette dĂ©couverte, Ă©galement connue sous le nom de «rencontre de deux mondes», est considĂ©rĂ©e comme l’un des plus grands Ă©vĂ©nements de l’humanitĂ© en raison du grand impact culturel, politique et Ă©conomique qu’elle a entraĂ®nĂ© en Europe et en AmĂ©rique.

Colomb a combattu pendant plusieurs annĂ©es pour effectuer ce voyage, jusqu’Ă  ce qu’il obtienne le soutien des rois de Castille et d’Aragon, Ă©tant donnĂ© l’importance d’Ă©tablir une route maritime et commerciale vers l’Asie.

Après le succès de son voyage, Colomb croyait avoir atteint l’Asie, près des Indes, et mourut sans savoir qu’il avait vraiment atteint l’AmĂ©rique , un territoire inexplorĂ© et inconnu des EuropĂ©ens.

Il y a des chercheurs qui soulignent que l’AmĂ©rique avait dĂ©jĂ  Ă©tĂ© dĂ©couverte par un groupe de Vikings dirigĂ© par Leif Ericson, ou mĂŞme plus tĂ´t, par les PhĂ©niciens, d’Ă©minents navigateurs. On dit aussi que les navigateurs portugais auraient atteint le nouveau continent en 1424.

Quel a Ă©tĂ© le contexte de la dĂ©couverte de l’AmĂ©rique

Au 15ème siècle, et avant la dĂ©couverte de l’AmĂ©rique, pour beaucoup de gens l’idĂ©e que la Terre est de forme sphĂ©rique Ă©tait fausse.

Christophe Colomb a voulu prouver le contraire lors de la navigation et de l’Ă©tablissement de nouvelles routes maritimes et commerciales vers l’Asie et l’Inde , seulement que ses calculs Ă©taient erronĂ©s en considĂ©rant le diamètre de la Terre plus petit qu’il ne l’est rĂ©ellement, donc avant de voir les terres asiatiques ou des Indiens, il a couru en AmĂ©rique.

Les explorateurs de l’Ă©poque, en particulier les Portugais et les Espagnols, avaient dĂ©jĂ  fait plusieurs avancĂ©es importantes dans la dĂ©couverte de territoires en Afrique, en Asie et en Inde, parmi lesquels la conquĂŞte des Ă®les Canaries (1402-1496) peut ĂŞtre mentionnĂ©e.

Colomb entendait prouver son hypothèse en naviguant des Ă®les Canaries vers l’ouest vers l’Inde, projet qu’il prĂ©senta au roi Juan II du Portugal, qui reçut un refus de ses conseillers maritimes, considĂ©rant que cette aventure avait peu de chances de succès.

Juan II ne lui apporta pas son soutien et ne voulut pas non plus partager les routes maritimes avec la couronne espagnole. Ă€ ce moment-lĂ , les navigateurs portugais avaient rĂ©alisĂ© de grandes rĂ©alisations maritimes bordant les cĂ´tes africaines vers l’ocĂ©an Indien.

La couronne espagnole et la couronne portugaise ont concouru pour atteindre les Indes en premier, et les Portugais avaient l’avantage.

Après ce rejet, Colomb a dĂ©mĂ©nagĂ© en Espagne et a prĂ©sentĂ© son projet de navigation, avec une route vers l’ouest, devant les rois Isabel et Fernando de Castilla y AragĂłn. Sept ans plus tard, en 1492, et après diverses nĂ©gociations, Colomb obtint le soutien des rois , qui lui assurèrent les ressources financières nĂ©cessaires au voyage après la signature des capitulations de Santa Fe le 17 avril 1492, document dans lequel le les accords acceptĂ©s par les deux parties sont exposĂ©s.

Parmi les accords, il ressort que Colomb obtiendrait les titres d’amiral de la mer de l’ocĂ©an, vice-roi et gouverneur des terres dĂ©couvertes, en plus de dix pour cent des avantages Ă©conomiques obtenus après les dĂ©couvertes.

Colomb a fait quatre voyages dans ce qu’il croyait ĂŞtre l’Inde, sans savoir que c’Ă©tait vraiment l’AmĂ©rique, un continent habitĂ© par diverses communautĂ©s indigènes, parmi lesquelles se distinguent les Mayas et les Incas, et qu’il Ă©tait inconnu des EuropĂ©ens.

Christophe Colomb

Portrait de Christophe Colomb, par le peintre Sebastiano del Piombo.

Voir aussi Christophe Colomb.

Les voyages d’exploration en AmĂ©rique

Premier voyage (3 août 1492 au 15 mars 1493)

Avec le soutien des Rois Catholiques, Christophe Colomb part le 3 août 1492 de Puerto de Palos (Andalousie), avec trois caravelles appelées Niña, Pinta et Santa María, respectivement sous le commandement de Martín Alonso Pinzón, Vicente Yáñez Pinzón et Cristóbal Colón.

Ils sont d’abord arrivĂ©s aux Ă®les Canaries, oĂą ils sont restĂ©s quelques jours pour rĂ©parer et amĂ©liorer certains dĂ©fauts des bateaux et pour Columbus pour faire quelques visites. Ils sont partis le 1er septembre de Las Palmas en direction de l’ouest et ont naviguĂ© pendant deux mois et neuf jours sur l’ocĂ©an Atlantique.

L’Ă©quipage a commencĂ© Ă  se lever, mais au petit matin du 12 octobre 1492, Rodrigo de Triana a aperçu et a criĂ© «terre! , croyant avoir atteint l’Asie, mais en rĂ©alitĂ© ils avaient atteint l’Ă®le de GuanahanĂ­, dans l’archipel des Bahamas ou Lucayas, en AmĂ©rique, un territoire inconnu des EuropĂ©ens. Ils pensaient qu’ils trouveraient bientĂ´t la route vers l’Inde.

Découverte de l'Amérique

Premier débarquement de Christophe Colomb en Amérique, peinture de Dióscoro Teófilo Puebla Tolín.

GuanahanĂ­ Ă©tait le nom que l’Ă®le a reçu des indigènes, cependant, Colomb l’a appelĂ©e San Salvador, et une fois sur terre, il en a pris possession au nom de la couronne de Castille et d’Aragon.

Colomb et ses navigateurs ont visitĂ© plusieurs Ă®les, y compris Cuba, qu’il a appelĂ© Juana, et Saint-Domingue, qu’il a appelĂ© Hispaniola . Dans ce dernier, la caravelle Santa MarĂ­a a perdu, elle a donc rĂ©utilisĂ© son bois pour construire un fort appelĂ© La Navidad.

En janvier 1493, Columbus et le reste de l’Ă©quipage retournèrent en Espagne. ColĂłn a voyagĂ© Ă  La Niña et les frères PinzĂłn Ă  La Pinta, mais les deux bateaux ont Ă©tĂ© sĂ©parĂ©s en cours de route Ă  cause d’une tempĂŞte.

Les frères Pinzón sont arrivés en Galice et Colón est arrivé aux Açores (Portugal), puis à Puerto de Palos. Une fois en Espagne, Colomb a déménagé à Barcelone afin de rencontrer les monarques catholiques.

Cet Ă©vĂ©nement a une grande importance dans l’histoire de l’humanitĂ©, il s’agissait de la rencontre de diffĂ©rentes civilisations qui avaient Ă©voluĂ© indĂ©pendamment dans diffĂ©rents continents et sans se connaĂ®tre.

Deuxième voyage (du 25 septembre 1493 au 11 juin 1496)

Après le succès du premier voyage de Colomb, les monarques catholiques se sont prĂ©cipitĂ©s pour organiser un deuxième voyage afin d’Ă©tablir la prĂ©sence et la domination des Espagnols dans les territoires dĂ©couverts.

Pour le moment, les couronnes d’Espagne et du Portugal se disputaient la domination de nouvelles terres et, en plus, il Ă©tait nĂ©cessaire de trouver de nouvelles routes commerciales pour transporter les marchandises de l’Est, donc Colomb se prĂ©parait Ă  trouver la meilleure route pour atteindre le port principal de l’Inde et Cathay.

Le 25 septembre 1493, Colomb quitta Cadix avec une flotte plus importante chargĂ©e de soldats, d’animaux et de plantes typiques de l’Europe. Le 3 novembre, il arrive pour la deuxième fois en AmĂ©rique, cette fois sur une petite Ă®le qu’il appelle La Deseada.

Christophe Colomb et les monarques catholiques

Colomb devant les rois, peinture d’Emanuel Leutze.

Plus tard, il dĂ©couvre d’autres Ă®les qu’il nomme la RĂ©publique dominicaine, Guadalupe et, enfin, Porto Rico, qu’il nomme San Juan . De cette dernière Ă®le, il a dĂ©mĂ©nagĂ© Ă  Hispaniola, oĂą il avait construit le fort de La Navidad, mais qui avait Ă©tĂ© dĂ©truit après l’offensive du cacique Caonabo avec d’autres peuples autochtones qui ont tuĂ© les Espagnols qui Ă©taient lĂ .

En janvier 1494, un autre fort et colonie espagnol nommĂ© La Isabela a Ă©tĂ© construit sur la mĂŞme Ă®le. De lĂ , Colomb a continuĂ© ses explorations en passant par les Ă®les de Juana (Cuba), l’Ă®le de Santiago (JamaĂŻque), puis a continuĂ© vers le sud.

Plusieurs faits ressortent de ce deuxième voyage, comme celui que Colomb a vu une éclipse lunaire, et avec la comparaison des heures, il a pu confirmer la forme sphérique de la Terre, qui avait déjà été décrite par Claudio Ptolémée.

Il y a des histoires qui rĂ©vèlent les mauvaises conditions dans lesquelles vivaient les membres d’Ă©quipage espagnols, l’impossibilitĂ© de trouver de la richesse, les mauvais traitements que Colomb a infligĂ©s Ă  son Ă©quipage, et on dit mĂŞme qu’il y a eu des situations violentes contre les peuples autochtones.

Par conséquent, Colomb décida de retourner en Espagne, laissa son frère Bartolomé Colón en charge de la nouvelle colonie, et entreprit son voyage de retour en mars, pour lequel il arriva à Cadix le 11 juin 1496. Sur son navire, il emmena un groupe de peuples autochtones.

Troisième voyage (30 mai 1498 au 25 novembre 1500)

Deux ans plus tard, Colomb a voyagĂ© en AmĂ©rique pour la troisième fois afin d’ajouter de nouveaux territoires Ă  la couronne espagnole et d’obtenir de l’or et d’autres richesses. Cette fois, il quitta le port de SanlĂşcar de Barrameda le 30 mai 1498.

Fin juillet, il atteignit une Ă®le qu’il appela Trinidad (actuellement Trinidad). Puis, dans les premiers jours d’aoĂ»t, il atteint la pĂ©ninsule de Paria, Ă  l’embouchure du fleuve OrĂ©noque (Venezuela), une rĂ©gion qu’il explore pendant plusieurs jours.

Pour la première fois, Columbus et d’autres membres de l’expĂ©dition ont atteint le continent en AmĂ©rique du Sud, car jusqu’Ă  prĂ©sent ils n’avaient dĂ©couvert que des Ă®les. L’eau douce de l’OrĂ©noque lui fit supposer qu’il Ă©tait sur un continent, et qu’il dĂ©signa Tierra de Gracia, compte tenu de la gentillesse des indigènes.

Caravelle la Santa Maria

RĂ©plique de la caravelle Santa MarĂ­a que Colomb a perdue lors de son premier voyage en AmĂ©rique après s’ĂŞtre Ă©chouĂ© sur l’Ă®le d’Hispaniola.

Il dĂ©couvrit aussi les petites Ă®les de Coche et Cubagua, et une troisième plus grande qu’il appela AsunciĂłn (Isla de Margarita), oĂą il fut diverti par les indigènes qui lui donnèrent des perles.

Ă€ son retour Ă  Hispaniola, il a rencontrĂ© une rĂ©bellion gĂ©nĂ©rale contre lui, et il a Ă©tĂ© emprisonnĂ© sous l’ordre du juge Francisco de Bobadilla envoyĂ© par les rois d’Espagne. Contre lui, il y eut un grand nombre de plaintes et un mĂ©contentement gĂ©nĂ©ral en raison de son incapacitĂ© Ă  commander et de son incapacitĂ© Ă  trouver des richesses.

De cette manière, Colomb fut envoyé enchaîné en Espagne, arrivant au port de Cadix, avec ses frères Bartolomé et Diego, le 25 novembre 1500.

Une fois en Espagne, Colomb avait certains de ses privilèges rétablis sur les ordres de la reine Isabel, mais il a été forcé de démissionner de ses fonctions de vice-roi et de gouverneur des nouvelles terres. De plus, il a perdu sa crédibilité.

Quatrième voyage (du 11 mai 1502 au 7 novembre 1504)

Le quatrième et dernier voyage de Colomb avait pour but de trouver la route qui le mènerait au dĂ©troit de Malacca vers l’Inde , estimant qu’il Ă©tait proche des terres conquises Ă  l’ouest des Antilles (Bahamas).

Par consĂ©quent, il quitta le port de Cadix le 11 mai 1502, avec deux caravelles et deux navires nommĂ©s La Capitana, La Gallega, La VizcaĂ­na et Santiago de Palos, et traversa les Canaries avant de se diriger vers l’AmĂ©rique.

Cependant, Colomb a dĂ» passer par Hispaniola en raison d’une forte tempĂŞte, oĂą il s’est vu refuser le dĂ©barquement par le nouveau gouverneur Nicolás de Ovando, une position offerte par les monarques catholiques.

Carte des voyages de Colomb

ReprĂ©sentation graphique de l’itinĂ©raire des quatre voyages que Christophe Colomb a effectuĂ©s de l’Europe vers l’AmĂ©rique.

Face Ă  l’impossibilitĂ© de dĂ©barquer, il a dĂ» se rendre sur l’Ă®le de la JamaĂŻque, oĂą il a rĂ©ussi Ă  se rĂ©fugier. Cependant, Columbus et les autres membres d’Ă©quipage ont dĂ» rĂ©sister Ă  88 jours de tempĂŞtes, au cours desquels ils ont naviguĂ© vers l’ouest Ă  travers l’AmĂ©rique centrale et ont atteint la cĂ´te du Honduras oĂą ils ont dĂ©couvert l’Ă®le de Guanaja.

Au cours de cette expédition, les explorateurs sont tombés sur un bateau de Mayas indigènes, qui leur a offert du cacao.

Puis, se dirigeant vers l’est, ColĂłn a rencontrĂ© un ouragan qui l’a amenĂ©, avec son Ă©quipage, Ă  arriver Ă  un cap qu’il a appelĂ© Cabo de Gracias a Dios, une sĂ©paration naturelle entre le Honduras et le Nicaragua . De cette façon, il a continuĂ© Ă  explorer les cĂ´tes de l’AmĂ©rique centrale, donc il a Ă©galement traversĂ© le Costa Rica et le Panama.

En 1503, il retourna sur l’Ă®le de Juana (Cuba) puis il resta quelque temps sur l’Ă®le de la JamaĂŻque jusqu’Ă  ce qu’il reçoive l’aide d’Hispaniola pour se rĂ©embarquer pour l’Espagne, oĂą il arriva le 7 novembre 1504, atteint de goutte. Peu de temps après, Colomb mourut Ă  Valladolid le 20 mai 1506 et sans savoir qu’il avait dĂ©couvert un nouveau continent et l’ampleur de ce fait.

Enfin, la couronne espagnole a commencĂ© de nouvelles entreprises avec divers navigateurs et a conduit Ă  un grand nombre d’expĂ©ditions connues sous le nom de Viajes Menores . C’est de cette manière que la cĂ´te du Venezuela a Ă©tĂ© explorĂ©e et que l’existence de l’AmĂ©rique en tant que continent a Ă©tĂ© reconnue.

C’est ainsi que la couronne espagnole a pu Ă©tendre ses dominions Ă  de nouvelles terres, former son Empire et s’enrichir en extrayant des mĂ©taux prĂ©cieux, en imposant sa culture et en faisant des indigènes une main-d’Ĺ“uvre, ce qui valait plus que de trouver de nouvelles routes vers les Indes.

ConsĂ©quences de la dĂ©couverte de l’AmĂ©rique

Découverte de l'Amérique.

Le cacao Ă©tait l’un des aliments les plus prestigieux d’Europe après la dĂ©couverte de l’AmĂ©rique.

La dĂ©couverte de l’AmĂ©rique a Ă©tĂ© l’un des Ă©vĂ©nements les plus importants de l’humanitĂ© en raison de son impact, auquel s’ajoute l’importance des voyages de Ferdinand Magellan Ă  travers le monde. Parmi les principales consĂ©quences sont:

  • L’hypothèse selon laquelle la Terre a une forme sphĂ©rique a Ă©tĂ© acceptĂ©e.
  • Pour la sociĂ©tĂ© europĂ©enne, cela signifiait un processus d’exploration et de reconnaissance de nouvelles terres, en particulier par les Portugais, les Espagnols, les Anglais, les Français et les NĂ©erlandais.
  • De nouvelles routes maritimes et commerciales ont Ă©tĂ© crĂ©Ă©es.
  • Une lutte s’est dĂ©chaĂ®nĂ©e en Europe pour la domination et la colonisation des nouvelles terres.
  • Cela signifiait la première rencontre entre les EuropĂ©ens et les diffĂ©rentes civilisations indigènes, certaines plus avancĂ©es que d’autres, comme les Mayas et les Incas.
  • L’arrivĂ©e des EuropĂ©ens dans le processus de colonisation a engendrĂ© l’effondrement dĂ©mographique ou le gĂ©nocide des civilisations autochtones, dont beaucoup ont Ă©tĂ© abolies et Ă©teintes.
  • La couronne espagnole a obtenu une grande richesse grâce Ă  l’extraction d’or, d’argent, de perles et d’autres pierres prĂ©cieuses.
  • DĂ©veloppement d’Ă©pidĂ©mies causĂ©es par la contagion de maladies typiques de l’Europe (variole, fièvre jaune, entre autres), et de maladies typiques de l’AmĂ©rique, comme la syphilis.
  • Dans les terres colonisĂ©es, les coutumes et la langue de leurs colonisateurs prĂ©valaient, parmi lesquelles prĂ©dominaient l’espagnol et le portugais.
  • La religion catholique Ă©tait imposĂ©e Ă  tout type de croyance, c’est pourquoi les indigènes ont Ă©tĂ© forcĂ©s de se convertir au catholicisme.
  • Un processus de mĂ©tissage a Ă©tĂ© menĂ© entre les peuples autochtones, les EuropĂ©ens et les Africains (esclaves des EuropĂ©ens).
  • Un important Ă©change de nourriture a Ă©tĂ© effectuĂ© entre les deux continents, ce qui a changĂ© les habitudes alimentaires de l’humanitĂ©. D’AmĂ©rique, des lĂ©gumes et des fruits tels que le maĂŻs, la pomme de terre, la patate douce, le cacao, l’avocat, la tomate, la citrouille et les poivrons, entre autres, ont Ă©tĂ© transportĂ©s en Europe.
  • Depuis l’Europe, le transfert d’animaux vers l’AmĂ©rique comme les chevaux, les animaux de ferme (poulets, porcs, lapins), les bovins et autres arbres fruitiers, le blĂ© et le riz se dĂ©marque.

CommĂ©morations de la dĂ©couverte de l’AmĂ©rique

Découverte de l'Amérique, commémorations

America, peinture de Charles Le Brun.

Les commĂ©morations entourant la dĂ©couverte de l’AmĂ©rique varient d’un pays Ă  l’autre. En gĂ©nĂ©ral, il s’agit d’une date commĂ©morative cĂ©lĂ©brĂ©e dans diffĂ©rents pays d’AmĂ©rique latine et en Espagne.

La première cĂ©lĂ©bration officielle a eu lieu en 1892 , sous le titre de CĂ©lĂ©bration du IVe centenaire de la dĂ©couverte de l’AmĂ©rique.

De son cĂ´tĂ©, en Espagne, la journĂ©e hispanique est cĂ©lĂ©brĂ©e chaque 12 octobre pour commĂ©morer l’union du royaume d’Espagne avec les nouvelles terres dĂ©couvertes par Colomb.

Dans divers pays d’AmĂ©rique du Sud, le 12 octobre est Ă©galement commĂ©morĂ© comme Columbus Day, mais plus qu’une cĂ©lĂ©bration, c’est une date Ă  laquelle les Ă©vĂ©nements ultĂ©rieurs provoquĂ©s par la conquĂŞte et la domination espagnoles sont rappelĂ©s, mĂŞme dans certains de ces pays cette cĂ©lĂ©bration reçoit un autre nom.

 

Étiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *