Fonctions linguistiques

Les êtres humains communiquent à travers langue, un système structuré qui nous permet de partager information et remplit diverses fonctions selon les besoins de communication de chaque individu.

Les fonctions langagi√®res constituent un processus de communication complexe cela, √† analyser, implique d’autres domaines d’√©tude de grande importance tels que la linguistique, la communication et m√™me la psychologie, entre autres.

Par cons√©quent, les fonctions de la langue vont au-del√† de l’action de transmettre et de recevoir un message oral ou √©crit, et c’est parce que la communication doit remplir le but de partager l’information, opinions, sentiments, souhaits, ordres, entre autres.

La valeur du langage et de ses fonctions est d’une importance vitale pour nous exprimer et comprendre ce que les autres veulent nous transmettre ou nous faire conna√ģtre. La communication et le langage vont au-del√† de l’√©mission d’un message, ils cherchent √©galement √† affecter et √† g√©n√©rer une r√©action chez le r√©cepteur.

Jackobson et les fonctions du langage

Roman Jackobson √©tait un chercheur th√©orique qui a men√© des √©tudes importantes sur le langage et la communication, en s’appuyant sur d’autres domaines de recherche qui, d’une mani√®re ou d’une autre, sont impliqu√©s dans le processus de communication et de langage. L’un de ses articles les plus importants est “Ling√ľ√≠stica y po√©tica”, (1960).

L’objectif principal des √©tudes de Jackobson √©tait d√©terminer le caract√®re po√©tique du langage, il a donc accord√© une grande importance aux diff√©rentes formes utilis√©es dans le langage pour exprimer un message, une id√©e, un sentiment ou une opinion. En ce sens, il a d√Ľ prendre ses distances avec le formalisme russe, dont la tendance penchait vers les questions sociales.

√Ä partir de l’√©tude que Jackobson a men√©e sur les facteurs qui composent la communication (r√©f√©rent, √©metteur, r√©cepteur, code, canal, message), il a pu d√©finir six fonctions diff√©rentes du langage qui s’adaptent aux besoins ou aux intentions communicatives des individus.

Ces fonctions √©taient appel√©es r√©f√©rentielles, √©motives, appellatives, phatiques, m√©talinguistiques et po√©tiques, qui compl√©taient celles qui avaient d√©j√† √©t√© propos√©es par le linguiste allemand Karl B√ľhler, class√©es en fonction symbolique ou repr√©sentative, fonction symptomatique ou expressive, et fonction de pointage ou appelative.

Fonction référentielle

Fonction référentielle

La fonction r√©f√©rentielle consiste √† faire conna√ģtre une donn√©e r√©elle de notre contexte.

La fonction r√©f√©rentielle est √©galement connue comme la fonction repr√©sentative, la fonction informationnelle, la fonction d√©notative ou la fonction cognitive. Pour sa part, Karl B√ľhler l’a class√©e comme une fonction symbolique.

Cette fonction Il se fonde sur l’utilisation du langage pour d√©signer tous les facteurs externes et ceux du processus de communication, qui permettent de v√©rifier l’objectivit√© et la v√©racit√© du message et sa relation avec le r√©f√©rent et le contexte.

La fonction r√©f√©rentielle est le plus pr√©dominant dans l’acte communicatif, il a pour objet de transmettre et de faire conna√ģtre certaines donn√©es de r√©alit√© ou de contexte sans que l’√©metteur ne donne son avis √† cet √©gard.

√Čgalement, il se caract√©rise par l’exposition d’un contenu objectif, utiliser des phrases d√©claratives ou affirmatives, l’utilisation de la grammaire √† la troisi√®me personne et des verbes conjugu√©s dans un esprit indicatif.

Pour cette raison, ce type de fonction langagi√®re est g√©n√©ralement utilis√© dans les textes informatifs, journalistiques et scientifiques. C’est parce que le but est de pr√©senter des informations sur certaines donn√©es de r√©alit√©, mais sans ajouter aucune sorte d’√©valuation subjective.

Par exemple, les textes scientifiques sont destin√©s √† fournir des connaissances par le biais de descriptions claires et de donn√©es pr√©cises et v√©rifiables. D’autres exemples que l’on peut citer sont le fait de donner l’heure √† une autre personne ou d’indiquer une adresse, dans les deux cas cela renvoie √† la r√©alit√©.

Voir √©galement le texte de l’expositoire.

Fonction émotionnelle

Fonction émotionnelle

L’√©tat d’esprit de l’exp√©diteur s’exprime √† travers le langage par le rire, les pleurs, les plaintes, entre autres.

La fonction √©motionnelle, √©galement appel√©e fonction expressive ou symptomatique, est celle qui se concentre sur les √©tats d’esprit, les sentiments et le ¬ęje¬Ľ de l’√©metteur. En ce sens, l’exp√©diteur est l’√©l√©ment de communication qui se d√©marque des autres et qui utilise des significations ant√©rieurement connues, comme affectives.

Il se caract√©rise par l’utilisation de formes verbales √† la premi√®re personne, de verbes subjonctifs, de phrases exclamatives et d’interjections pour exprimer un sentiment, une √©motion, un d√©sir, un pr√©jug√©, une opinion ou des pr√©f√©rences de l’exp√©diteur, par cons√©quent le message est charg√© de subjectivit√©.

Par exemple, ¬ęQuelle belle nuit!¬Ľ, ¬ęAujourd’hui, je me sens bien!¬Ľ, ¬ęTu me manques vraiment!¬Ľ. Ces messages de l’exp√©diteur expriment un sentiment envers quelque chose en particulier.

“C’est le meilleur caf√© que j’ai eu ces vacances!” Cette expression d√©note une opinion positive. Pour sa part, ¬ęOh, quel mal de t√™te¬Ľ exprime une douleur physique.

Comme on peut le voir, dans tous ces exemples, l’exp√©diteur expose dans son message un sentiment ou une sensibilit√© qui pr√©domine sur les autres √©l√©ments de la communication.

Fonction d’appel

Fonction d'appel

La fonction attrayante du langage cherche à influencer le comportement du récepteur.

La fonction appelative ou conative est celle dans laquelle l’exp√©diteur s’attend √† g√©n√©rer une r√©action dans le r√©cepteur et influencer leur comportement. Par exemple, lorsque l’exp√©diteur pose une question, il s’attend √† ce que le destinataire lui donne une r√©ponse. Par cons√©quent, cette fonction est centr√©e sur le r√©cepteur.

La fonction d’appel se caract√©rise par le fait qu’elle est imp√©rative, utilisant des phrases interrogatives et exhortatives, c’est-√†-dire indiquant un ordre, une menace, une demande ou une faveur, entre autres. De m√™me, la grammaire √† la deuxi√®me personne est utilis√©e, l’utilisation du vocatif et de l’humeur du verbe imp√©ratif.

La fonction appelative est utilisée dans un langage familier, dans des publicités ou dans des contextes politiques dans lesquels un large usage des adjectifs évaluatifs est fait et on cherche à influencer le comportement des autres.

Par exemple, “S’il vous pla√ģt, pouvez-vous ouvrir la vente?”, “Lisez le texte et r√©pondez aux questions ci-dessous”, “Regardez-moi quand je vous parle!”, “Terminez le d√ģner et allez vous doucher”.

Fonction phatique

Fonction phatique

Le fonctionnement optimal des canaux de communication garantit la réception du message.

La fonction phatique ou fonction relationnelle est celle qui se concentre sur le canal de communication utilis√© par l’exp√©diteur et le destinataire, afin de v√©rifier leur fonctionnement et initier, prolonger ou interrompre la communication.

Les informations partagées sont constituées de messages sans contenu, mais qui visent à assurer le bon fonctionnement du canal de communication.

Dans ce sens, la fonction phatique du langage n’est pas pr√©cis√©ment d’informerV√©rifiez plut√īt que le canal de communication fonctionne correctement entre l’exp√©diteur et le destinataire.

Par exemple, les mots, √©l√©ments de remplissage ou phrases suivants sont utilis√©s pour confirmer que le canal fonctionne ou que l’interlocuteur est attentif, “Bonjour?”, “Ok”, “Vous savez?”, “Dites”, “Bien s√Ľr” , “Naturellement”, “D’accord”, “Comme je le disais”, “Bien s√Ľr”, entre autres.

Fonction métalinguistique

La fonction m√©talinguistique concerne le code de langue. Dans ce cas, √† la fois l’exp√©diteur et le destinataire refl√®tent et analysent la langue dans laquelle ils communiquent, g√©n√©ralement pour clarifier les doutes, faire une suggestion ou une correction, voire proposer une d√©finition.

Par cons√©quent, les guillemets sont largement utilis√©s, par exemple, “Il” est un pronom et “il” est un article “,” Grand-m√®re, que signifie “incr√©dule”?, “Je ne comprends pas de quoi ils parlent , qu’est-ce que la ¬ęnum√©rologie¬Ľ? ¬Ľ, entre autres.

Fonction poétique

Fonction poétique

Dans les Ňďuvres litt√©raires et po√©tiques, il existe d’innombrables exemples de la fonction po√©tique du langage.

La fonction po√©tique ou esth√©tique du langage repose sur la formulaire de message, dans les ressources litt√©raires et dans les styles utilis√©s pour mettre davantage l’accent sur les informations transmises, il est d’usage de les utiliser dans les Ňďuvres litt√©raires.

La fonction po√©tique du langage est charg√©e d’embellir et de rendre plus ludique la mani√®re dont un message est transmis afin que son impact soit plus grand.

La principale motivation pour le linguiste Roman Jackobson d’√©tudier et de d√©terminer les fonctions du langage √©tait pr√©cis√©ment la fonction po√©tique et l’esth√©tique qui entourent le message, ce qui lui donne une forme moins conventionnelle et traditionnelle, mais plus stylistique et riche en sensibilit√© et en images. √† transmettre.

En ce sens, le message √©met et exprime un sentiment et une intention particuli√®res, parfois encore plus complexes que pr√©vu, d’o√Ļ une large utilisation de descriptions, d’adjectifs et de ressources litt√©raires pour enrichir la langue et sa fonction communicative.

Les po√®mes, les comptines, les jeux de mots et les dictons sont des exemples de la fonction po√©tique du langage, cependant, cela ne signifie pas que cette fonction est limit√©e uniquement au domaine litt√©raire, elle peut √©galement √™tre utilis√©e en toute occasion. L’important est que le message attire l’attention du destinataire et g√©n√®re une r√©action.

“Celui qui se marie veut se marier”, “Dans la maison d’un forgeron, un couteau en bois”, “Il n’y a pas de mal qui ne vient pas bien”, “Ses l√®vres sont aussi rouges qu’une rose, mais ses paroles sont aussi dures comme un rocher ¬Ľ,¬ę L’amour est un rem√®de pour l’√Ęme ¬Ľ,¬ę Son regard a un sortil√®ge, ne me regarde pas parce qu’il me fait peur ¬Ľ, entre autres.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *