Hypothèse

L’hypoth√®se est la tentative d’expliquer un ph√©nom√®ne ou un probl√®me qui peut √™tre corrobor√© par l’observation ou l’exp√©rimentation. Les scientifiques doivent proposer des hypoth√®ses comme explications possibles du probl√®me qu’ils souhaitent r√©soudre.

“C’est ce que quelqu’un pense de la r√©alit√© sur laquelle ils enqu√™tent et que, parce qu’ils n’en sont pas certains, ils devraient le prouver.”

Mario Tamayo et Tamayo dans la recherche pour les jeunes.

L’hypoth√®se est proposition qu’un √©v√©nement donn√© causera un effet inconnu jusqu’au moment. La cause et l’effet doivent √™tre li√©s d’une mani√®re logique et d√©couler d’ant√©c√©dents ant√©rieurs.

Toutes les enqu√™tes ne n√©cessitent pas l’√©nonc√© ou la formulation d’hypoth√®ses. Lorsqu’une enqu√™te ne cherche pas √† prouver quelque chose, aucune hypoth√®se n’est n√©cessaire. Par exemple, si l’√©tude porte sur les caract√©ristiques physiques des adolescents d’une certaine √©cole, il s’agit d’une enqu√™te descriptive, sans n√©cessit√© d’hypoth√®ses.

Caractéristiques des hypothèses

  • Ils doivent √™tre v√©rifiables: une hypoth√®se doit √™tre d√©montrable par des observations et / ou des exp√©riences. Par exemple, des recherches √©mettant l’hypoth√®se que l’augmentation de la consommation de sel chez les hommes entre 40 et 60 ans entra√ģne une augmentation de la tension art√©rielle peuvent √™tre d√©montr√©es. En revanche, dire que le trou noir de la Voie lact√©e augmente la temp√©rature solaire est difficile √† v√©rifier avec les instruments et la technologie actuels.
  • Peut √™tre falsifiable: cela signifie qu’il peut √™tre rejet√© par des exp√©riences. Une hypoth√®se peut √™tre vraie ou fausse; C’est par l’exp√©rimentation et la collecte et l’analyse de donn√©es que nous pouvons conclure sur sa v√©racit√©.
  • Ils doivent √™tre sp√©cifiquesLes hypoth√®ses g√©n√©rales, telles que ¬ęmanger des Ňďufs provoque des maladies cardiaques¬Ľ, ne sont pas valables car elles sont tr√®s larges. Dans ce cas, il n’est pas pr√©cis√© quel type d’Ňďufs, la quantit√© ou la fr√©quence; La relation entre la consommation d’Ňďufs et la fa√ßon dont la maladie survient n’est pas non plus exprim√©e. Une meilleure hypoth√®se sera que ¬ęles personnes entre 60 et 70 ans qui consomment plus d’Ňďufs de poule par semaine auront une plus grande augmentation du taux de cholest√©rol dans le sang¬Ľ.
  • Ils doivent √™tre objectifs: les hypoth√®ses doivent √™tre centr√©es sur les aspects de la r√©alit√© √† √©tudier; nos perceptions ne devraient pas en faire partie. Par exemple, un chercheur qui aime beaucoup le caf√© peut √™tre tent√© de faire l’hypoth√®se que le caf√© am√©liore le bien-√™tre de l’humanit√©, ce qui n’est ni objectif ni sp√©cifique.

Types d’hypoth√®ses

Il existe diff√©rents types d’hypoth√®ses selon diff√©rents points de vue. Selon l’objectif, nous trouvons des hypoth√®ses descriptives et explicatives.

Hypothèses descriptives

Ce type d’hypoth√®se cherche √† d√©crire la corr√©lation entre les ph√©nom√®nes et non les raisons pour lesquelles ils se produisent. Exemples:

  • La proportion de femmes fumeurs a augment√© au cours de la derni√®re d√©cennie.
  • Les fumeurs courent un risque plus √©lev√© de probl√®mes pulmonaires.
  • Les personnes qui consomment de grandes quantit√©s de sel ont des probl√®mes d’hypertension.

Hypothèse explicative

Lorsque nous voulons découvrir pourquoi les événements se produisent et leur explication, nous proposons des hypothèses explicatives. Exemples:

  • Des niveaux de stress plus √©lev√©s chez les femmes entra√ģnent des comportements addictifs comme le tabagisme.
  • Les compos√©s contenus dans les cigarettes provoquent un dysfonctionnement des cellules pulmonaires.
  • Le chlorure de sodium provoque la contraction des cellules musculaires des art√®res.

Hypothèse nulle et hypothèse alternative

Les termes hypoth√®se nulle et hypoth√®se alternative sont appliqu√©s dans les analyses statistiques lorsque l’on souhaite comparer des param√®tres entre populations. Dans ce cas, l’hypoth√®se nulle renvoie au fait qu’il n’y a pas de diff√©rence entre les populations par rapport au param√®tre √©valu√©, et l’hypoth√®se alternative √©tablit qu’il y a des diff√©rences.

Il est bon de pr√©ciser que l’hypoth√®se nulle ne signifie pas qu’elle est fausse.

Comment faire une hypothèse

Une hypoth√®se est une conjecture qui peut √™tre test√©e et / ou examin√©e. En tant que tel, il doit √™tre exprim√© sous forme d’√©nonc√© ou de proposition de la mani√®re la plus simple possible. Certains pr√©f√®rent exprimer les hypoth√®ses dans le format ¬ęsi A est, alors B se produit¬Ľ.

Lorsque nous avons une hypoth√®se, nous devons savoir “ce qui produit quoi”, c’est-√†-dire ce qui est la cause et quel est l’effet. L’hypoth√®se suppose que le fait X produit l’effet Y. Ces faits sont ce que nous appelons variables.

Par exemple, dans l’hypoth√®se ¬ęles personnes √Ęg√©es de 60 √† 70 ans qui consomment plus d’Ňďufs de poule par semaine auront une plus grande augmentation du taux de cholest√©rol sanguin¬Ľ, les variables sont la consommation d’Ňďufs et le taux de cholest√©rol sanguin.

Dans toutes les hypothèses, la relation de cause à effet doit être clairement établie et au moins deux faits doivent être liés.

Il peut y avoir plus d’une hypoth√®se pour un probl√®me. Par exemple, si vous souhaitez rechercher la raison de la plus grande taille des adolescents dans un pays, vous pouvez faire des hypoth√®ses sur la qualit√© et / ou la quantit√© de nourriture, la g√©n√©tique des parents ou l’activit√© physique des jeunes.

Difficultés à formuler des hypothèses

  • Manque de connaissance du cadre th√©orique: les hypoth√®ses se posent apr√®s l’√©tablissement du cadre th√©orique, pas avant.
  • M√©connaissance des techniques disponibles pour tester les hypoth√®ses: si on ne sait pas prouver qu’une hypoth√®se est vraie ou fausse, on peut difficilement la soulever correctement.

Importance de l’hypoth√®se

  • Orientation et orientation de la recherche: l’hypoth√®se soul√®ve la direction que doit suivre l’enqu√™te.
  • Relation entre les faits: l’hypoth√®se pr√©sente la premi√®re esquisse de la mani√®re dont les faits examin√©s peuvent √™tre li√©s et pourquoi ils se produisent.
  • Lien entre th√©orie et r√©alit√©: √† travers l’hypoth√®se, le lien est √©tabli entre ce que nous voyons dans la r√©alit√© et son explication th√©orique.
  • Stimulation de la logique et de la cr√©ativit√©: de nombreuses hypoth√®ses ont √©t√© le fruit de la cr√©ativit√© des scientifiques qui introduisent de nouvelles id√©es bas√©es sur des aspects logiques.

Exemples d’hypoth√®ses

Voici quelques exemples d’hypoth√®ses scientifiques.

Boissons sucrées et cancer

L’augmentation de la consommation de boissons sucr√©es au cours des derni√®res d√©cennies et leur impact sur les maladies m√©taboliques sont bien connus. Dans une √©tude de population en France, il a √©t√© sugg√©r√© que cette augmentation pourrait √©galement √™tre li√©e √† des maladies oncologiques. L’hypoth√®se la plus conforme √† cette recherche serait:

La consommation accrue de boissons sucr√©es augmente le risque de souffrir d’une forme de cancer.

Dans ce cas, l’hypoth√®se est descriptive car elle ne cherchait pas √† d√©montrer la cause pour laquelle le sucre pouvait favoriser le cancer. Dans cette √©tude, 101 257 participants de plus de 18 ans ont √©t√© s√©lectionn√©s et class√©s en fonction de leur consommation de boissons contenant du sucre sup√©rieur √† 5%. Apr√®s 5 ans, les donn√©es sur la consommation de sucre et l’apparition d’un certain type de cancer ont √©t√© analys√©es.

Popeye et épinards

Pour ceux qui ne connaissent pas le dessin anim√© Popeye le marin, c’√©tait un marin dont la particularit√© √©tait de devenir plus fort lorsqu’il consommait des √©pinards. Certes, les √©pinards contiennent des compos√©s qui am√©liorent l’activit√© physique de ces animaux chez les rats et les souris exp√©rimentaux.

Un groupe de chercheurs en Allemagne a √©mis l’hypoth√®se suivante:

Le compos√© dans les √©pinards qui fonctionne chez les animaux am√©liore √©galement l’activit√© physique chez les humains.

L’hypoth√®se a √©t√© test√©e en compl√©tant 22 athl√®tes avec le compos√© en question pendant dix semaines, et ils ont √©t√© compar√©s √† 24 autres athl√®tes qui ont agi en tant que t√©moins. Apr√®s dix semaines, une augmentation de la masse musculaire et une am√©lioration des performances physiques ont √©t√© observ√©es, ce qui a montr√© que l’hypoth√®se √©tait correcte.

La super colle d’escargots

Exemple d'hypothèse d'escargot

Les escargots peuvent adh√©rer √† n’importe quelle surface gr√Ęce au mucus qu’ils produisent.

Nous avons vu comment les escargots peuvent se d√©placer sur des surfaces rugueuses, inclin√©es et m√™me parall√®les au sol sans tomber. C’est gr√Ęce au mucus qu’ils produisent √† leur base. Des chercheurs en Cor√©e du Sud et aux √Čtats-Unis ont √©mis l’hypoth√®se suivante:

Cr√©er un mat√©riau avec les propri√©t√©s du mucus d’escargot fonctionnera comme un adh√©sif puissant et r√©versible.

Ils ont ensuite invent√© un syst√®me d’hydrogel polym√®re √† base de m√©thacrylate qui agit comme un super adh√©sif r√©versible.

Voir √©galement l’√©nonc√© du probl√®me.

Hypoth√®se d’importance pour l’humanit√©

Il existe probablement des millions d’hypoth√®ses scientifiques, puisque depuis l’Antiquit√© l’√™tre humain a tent√© d’expliquer les ph√©nom√®nes qu’il a observ√©s. Voici quelques exemples d’hypoth√®ses scientifiques et comment elles ont √©t√© corrobor√©es.

L’hypoth√®se endosymbiotique

Lynn Sagan a propos√© en 1966 que les cellules eucaryotes provenaient de l’endosymbiose entre procaryotes photosynth√©tiques et respiratoires dans un environnement √† pr√©dominance a√©robie. Ainsi, un procaryote a√©robie (protomytochondrie) est entr√© dans le cytoplasme d’un microorganisme ana√©robie h√©t√©rotrophe.

La corroboration de cette hypothèse est basée sur les caractéristiques particulières des mitochondries et des chloroplastes, organites de cellules eucaryotes qui possèdent leur propre ADN.

Plaques tectoniques

En 1912, le scientifique allemand Alfred Wegener (1880-1930) a propos√© le concept du mouvement de la plaque continentale. Wegener a sugg√©r√© qu’il y a des millions d’ann√©es, les continents actuels √©taient unis en un grand et unique continent (la Pang√©e), qui s’est ensuite fissur√©, s√©parant chaque masse terrestre comme les continents que nous connaissons aujourd’hui.

Les bases de cette hypoth√®se se trouvaient sur les c√ītes d’Am√©rique qui correspondent aux c√ītes d’Europe et d’Afrique et dans les fossiles similaires trouv√©s entre ces continents. La d√©monstration que cette hypoth√®se √©tait correcte a √©t√© d√©montr√©e dans les ann√©es 1960.

Virus ZIKA et microcéphalie

La microc√©phalie est une affection neurologique dans laquelle le cerveau d’un b√©b√© ne se d√©veloppe pas compl√®tement, ce qui fait para√ģtre la t√™te plus petite que la normale. Au Br√©sil, plus de 8 000 cas ont √©t√© signal√©s entre novembre 2015 et juin 2016, ce qui repr√©sente une augmentation alarmante de ce probl√®me.

√Ä peu pr√®s au m√™me moment, les infections √† virus Zika ont √©galement augment√©. Ce virus appartient √† la m√™me famille que le virus de la fi√®vre jaune (Flaviviridae) et est transmis √† l’homme par les moustiques. Parmi les personnes infect√©es par le virus Zika, entre 20 et 25% pr√©sentent des sympt√īmes similaires √† ceux du rhume ou de la grippe.

L’hypoth√®se initiale sugg√©rait que les fŇďtus de femmes enceintes infect√©es par le virus Zika pourraient pr√©senter un risque accru de microc√©phalie. Les r√©sultats d’une √©tude cas-t√©moins en 2016 ont montr√© que 13 des 32 nouveau-n√©s atteints de microc√©phalie pr√©sentaient des signes d’infection virale, contre 62 nouveau-n√©s t√©moins qui n’√©taient pas infect√©s, ce qui d√©montre l’association entre Zika et microc√©phalie.

L’hypoth√®se de Riemann

Les nombres premiers ont la propri√©t√© qu’ils ne peuvent pas √™tre exprim√©s comme le produit de deux nombres plus petits. Lorsque ces nombres premiers apparaissent parmi les nombres naturels, il est difficile de d√©terminer. Cependant, le math√©maticien allemand G, FB Riemann (1826-1866) a propos√© une √©quation, appel√©e fonction de Riemann Zeta, qui se rapproche de la fr√©quence des nombres premiers.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *