Indépendance du Mexique

L’ind√©pendance du Mexique il a √©t√© un processus politique et social qui s’est d√©roul√© sur onze ans. Il a commenc√© le 16 septembre 1810 et s’est termin√© le 27 septembre 1821 en lib√©rant le Mexique, anciennement vice-royaut√© de la Nouvelle-Espagne, de la domination espagnole.

Le processus d’ind√©pendance mexicaine a commenc√© avec le Grito de Dolores, un appel lanc√© par le pr√™tre Miguel Hidalgo y Costilla √† ses paroissiens pour se rebeller contre la vice-royaut√© de la Nouvelle-Espagne, et s’est termin√© par la signature des Trait√©s de Cordoue, un document dans lequel Le Mexique a √©t√© reconnu comme une nation ind√©pendante.

Contexte de l’ind√©pendance du Mexique

2 mai 1808 à Madrid

Le 2 mai 1808 à Madrid, Francisco de Goya (1814). Cette peinture représente un soulèvement armé contre la domination française en Espagne.

Le Mexique a √©t√© sous la domination de la couronne espagnole pendant pr√®s de 300 ans, p√©riode au cours de laquelle ses lois ont √©t√© suivies et un processus de domination, d’exploitation et d’acculturation des peuples autochtones a √©t√© men√©.

De même, différentes couches sociales existaient et étaient délimitées en fonction du pouvoir politique, économique et culturel que les gens possédaient.

La couronne espagnole privil√©giait et attribuait de plus grands avantages aux aristocrates espagnols qui vivaient en Nouvelle-Espagne, cette situation suscitait un grand m√©contentement parmi la bourgeoisie cr√©ole, enfants d’Espagnols n√©s en Nouvelle-Espagne, et lentement elle favorisait un sentiment de lutte pour l’ind√©pendance.

Des charges publiques, la distribution et la possession de terres, des concessions d’exploitation mini√®re, entre autres, ont √©galement √©t√© accord√©es aux Espagnols avant les Cr√©oles. Autrement dit, la distribution et le contr√īle de la richesse √©taient d√©tenus par les aristocrates espagnols, tandis que les cr√©oles, les m√©tis et les indig√®nes √©taient les plus non prot√©g√©s, exploit√©s et d√©savantag√©s.

Un autre ant√©c√©dent important fut l’invasion subie par l’Espagne par l’arm√©e fran√ßaise, dirig√©e par l’empereur Napol√©on Bonaparte en 1808.

Cette invasion a provoqu√© une grande instabilit√© politique, m√™me en Nouvelle-Espagne. Le roi Carlos IV et le roi Ferdinand VII ont abdiqu√© la couronne en faveur de Napol√©on Bonaparte, qui a nomm√© son fr√®re Jos√© Bonaparte roi d’Espagne, qui a d√©tenu le pouvoir entre 1808 et 1813.

Cette situation a g√©n√©r√© un plus grand m√©contentement parmi les habitants de la Nouvelle-Espagne et a servi d’√©lan pour lancer les premiers mouvements d’insurrection qui ont √©t√© men√©s et ont √©t√© frustr√©s en 1808, apr√®s la tentative de coup d’√Čtat.

Cependant, dans d’autres villes, des groupes qui voulaient se battre pour l’ind√©pendance ont √©galement √©t√© organis√©s. En 1810, le pr√™tre Miguel Hidalgo y Costilla a convoqu√© les habitants de Dolores pour se rebeller et se battre pour leur ind√©pendance apr√®s un appel connu sous le nom de Grito de Dolores.

Ces mouvements politiques et arm√©s qui ont √©merg√© en Nouvelle-Espagne ont √©galement √©t√© motiv√©s par la R√©volution fran√ßaise (1789) et l’ind√©pendance des √Čtats-Unis (1775), qui ont √©t√© inspir√©es par les id√©es des penseurs des Lumi√®res, c’est-√†-dire dans la pratique de raisonnement et connaissance.

D√©veloppement de l’ind√©pendance du Mexique

Congrès Anahuac

C

ongr√®s d’Anahuac de 1813. De gauche √† droite apparaissent Ignacio et d’autres compagnons et, debout, Jos√© Mar√≠a Morelos y Pav√≥n.

Le processus de lutte pour l’ind√©pendance au Mexique peut √™tre divis√© en plusieurs √©tapes afin de mieux comprendre les √©v√©nements survenus au cours de ce long processus.

Première étape (1810-1811)

En Espagne, une grave crise politique a √©t√© v√©cue apr√®s l’occupation de l’arm√©e de Napol√©on Bonaparte en 1808. Cette instabilit√© a atteint la Nouvelle-Espagne et motiv√© la formation d’un mouvement arm√© par les cr√©oles √† Mexico, qui a √©t√© vaincu.

Sin embargo, en otras poblaciones de Nueva Espa√Īa, tambi√©n se organizaron otros grupos armados que formalizaron la conjura de Valladolid que, en 1809, tambi√©n fue descubierta y fracas√≥, as√≠ como, la conspiraci√≥n de Quer√©taro en 1810, despu√©s de iniciar el movimiento armado del Cri de douleur.

Au-del√† des d√©faites, Miguel Hidalgo y Costilla a appel√© les citoyens √† s’unir et √† s’organiser pour lutter contre le r√®gne de l’Espagne. Le capitaine des milices de la Nouvelle-Espagne, Ignacio Allende, s’est √©galement joint √† cet appel.

Hidalgo et Allende se sont affront√©s √† plusieurs reprises dans cette premi√®re √©tape de la lutte pour l’ind√©pendance contre l’arm√©e espagnole, qui a remport√© la plupart des affrontements.

Avec Hidalgo et Allende, l’insurg√© Juan Aldama a √©galement particip√©, qui a combattu dans les affrontements du cri de l’ind√©pendance dans la ville de Dolores, dans l’√Čtat de Guanajuato, le 16 septembre 1810.

Conspiration de Querétaro et Grito de Dolores

Bannière de la Vierge de Guadalupe

Banni√®re √† l’image de la Vierge de Guadalupe: Hidalgo avait l’habitude de l’emmener aux affrontements.

La Conspiration Quer√©taro c’√©tait un mouvement organis√© par Miguel Dom√≠nguez, Miguel Hidalgo y Costilla, Juan Aldama et Ignacio Allende, qui √©taient organis√©s dans le but de promouvoir l’ind√©pendance du Mexique. Ces r√©unions se sont d√©roul√©es soigneusement, presque clandestinement.

Ces dirigeants ont soutenu le roi Fernando VII, qui a d√©fendu l’ind√©pendance des territoires qui √©taient sous le commandement de la couronne espagnole.

Cependant, les plans de r√©bellion qu’ils pr√©paraient ont √©t√© d√©couverts le 10 septembre 1810. En r√©ponse, le 16 septembre, Hidalgo a convoqu√© la ville de Dolores pour mener une confrontation arm√©e contre le gouvernement, promulguant le c√©l√®bre Cri de douleur: ¬ęVive la Vierge de Guadalupe! A bas le mauvais gouvernement! Vive Fernando VII! ¬Ľ.

Plus tard, ce mouvement arm√© s’est √©tendu au Baj√≠o et a augment√© son nombre de militants insurg√©s. √Ä ce moment-l√†, Hidalgo avait d√©j√† une arm√©e plus grande que celle des forces royalistes, alors il a gagn√© la confrontation et a pris la ville de Guanajuato, o√Ļ il a ordonn√© aux Espagnols d’√™tre emprisonn√©s et leurs biens confisqu√©s.

Cependant, Hidalgo a été vaincu le 17 janvier 1811 au pont de Calderón. Dans leur fuite avec Allende, ils ont été pris en embuscade et exécutés.

Deuxième étape (1811-1815)

Dans la deuxi√®me √©tape de la lutte pour l’ind√©pendance, apr√®s la mort des dirigeants Hidalgo, Aldama et Allende, deux dirigeants importants restent sous les feux de la rampe, le mestizo Jos√© Mar√≠a Morelos y Pav√≥n et Ignacio L√≥pez Ray√≥n, secr√©taire de Morelos et qui a suivi son √©tapes apr√®s sa mort.

Tous deux ont organis√© la deuxi√®me √©tape de la guerre pour l’ind√©pendance du Mexique, mais en renfor√ßant les id√©aux de la cause insurrectionnelle qu’ils ont men√©e.

Morelos √©tait un chef qui se caract√©risait par son grand sentiment nationaliste et pour avoir organis√© une arm√©e beaucoup plus disciplin√©e que celle d’Hidalgo.

En 1812, Morelos occupa Oaxaca et prit le pouvoir sur cette ville. Il a √©galement promulgu√© un d√©cret constitutionnel dans lequel l’esclavage a √©t√© aboli et l’Am√©rique a √©t√© consid√©r√©e comme libre et ind√©pendante, entre autres.

En 1813, Morelos convoqua le Congr√®s de Chilpancingo, √©galement connu sous le nom de Congr√®s Anahuac, fut le premier congr√®s d’ind√©pendance o√Ļ fut lu le document Sentimientos de la Naci√≥n, consid√©r√© comme un pr√©c√©dent de la Constitution du Mexique.

Plus tard, le 15 juin 1814, le Congr√®s d’Anahuac a conclu la r√©daction du d√©cret constitutionnel de l’Am√©rique mexicaine, ou Constitution d’Apatzing√°n, par lequel il a √©t√© √©tabli que Morelos faisait partie du pouvoir ex√©cutif.

Enfin, après avoir remporté plusieurs victoires comme celles de Guerrero, Oaxaca et Morelos, Morelos est capturé en 1815 puis exécuté le 22 novembre de cette année.

Troisième étape (1815-1820)

Apr√®s la mort de Morelos, une √©tape difficile dans le processus d’ind√©pendance survient, puisque les troupes insurg√©es combattent s√©par√©ment sur tout le territoire mexicain, elles √©taient donc faciles √† attaquer et √† contrer par la nouvelle arm√©e espagnole.

Les différents groupes armés étaient dirigés par divers camarades de Morelos, tels que Vicente Guerrero, Guadalupe Victoria, Francisco Osorno et Francisco Xavier Mina.

Cependant, peu de temps avant ces √©v√©nements, en 1814, le roi Ferdinand VII avait retrouv√© le pouvoir absolutiste et abrog√© le d√©cret constitutionnel de l’Am√©rique mexicaine. Cette situation a alert√© les aristocrates, cr√©oles et insurg√©s du Mexique qui, enfin, se sont r√©unis pour lutter pour leur souverainet√© et leur ind√©pendance.

Cependant, bien que l’arm√©e de la Nouvelle-Espagne ait remport√© plusieurs victoires et d√©tenu plusieurs dirigeants, deux √©v√©nements ont favoris√© la r√©sistance en lutte pour l’ind√©pendance:

  • Nomination du nouveau vice-roi de la Nouvelle-Espagne, Juan Ru√≠z Apodaca, qui a impos√© une politique de pardon, et
  • La signature de Plan Iguala ou des Trois garanties en 1821.

Quatrième étape (1821)

Apr√®s dix ans de combats, la vice-royaut√© de la Nouvelle-Espagne traverse un moment social, politique et √©conomique difficile, auquel il faut ajouter la restauration de la Constitution de Cadix en Espagne. Ce document allait √† l’encontre des int√©r√™ts des aristocrates cr√©oles, qui ont finalement d√©cid√© de soutenir les ind√©pendantistes.

√Ä ce stade, l’arm√©e Agust√≠n de Iturbide, qui dirigeait l’arm√©e de Trigarante, et qui faisait face √† Vicente Guerrero, un alli√© de Morelos et chef des troupes insurg√©es du sud, √©tait celui qui proclamait le Plan d’Iguala le 24 f√©vrier 1821.

De m√™me, Iturbide a r√©ussi √† convaincre Juan O’Donoj√ļ, chef politique de la Nouvelle-Espagne, de signer le document Trait√©s de Cordoue dans la ville de Veracruz, afin de d√©clarer d√©finitivement l’ind√©pendance du Mexique le 27 septembre 1821.

Causes et cons√©quences de l’ind√©pendance du Mexique

Voici les principales causes et cons√©quences au niveau politique, social et √©conomique qui d√©coulent du processus historique de l’ind√©pendance du Mexique.

Les causes:

  • D√©position du roi Ferdinand VII apr√®s la prise de l’Espagne par les troupes napol√©oniennes en 1808.
  • In√©galit√© des privil√®ges existant entre castes sociales; seuls les aristocrates espagnols en ont profit√©, tandis que les indig√®nes et les m√©tis ont √©t√© contraints d’effectuer un travail d’exploitation.
  • Les r√©formes Bourbon de la couronne espagnole afin de modifier l’administration des colonies.
  • Influence des id√©aux des Lumi√®res, de la R√©volution fran√ßaise et de l’ind√©pendance des √Čtats-Unis.

Conséquences:

  • Perte de pouvoir politique et √©conomique pour la couronne espagnole.
  • Abolition de l’esclavage.
  • Crise √©conomique due au manque de main-d’Ňďuvre, de nombreux jeunes ayant rejoint les mouvements arm√©s.
  • L’instabilit√© politique.
  • Fin des castes sociales.

Voir aussi Révolution mexicaine.

Personnages principaux de l’ind√©pendance du Mexique

Miguel Hidalgo y Costilla (1745-1811)

Miguel Hidalgo et Costilla

C’√©tait un pr√™tre de la Nouvelle-Espagne qui a combattu dans la premi√®re √©tape des mouvements arm√©s pour l’ind√©pendance du Mexique. Leur combat a commenc√© avec le c√©l√®bre Grito de Dolores. Il a √©t√© captur√© et abattu le 30 juillet 1811.

Voir aussi Miguel Hidalgo y Costilla.

José María Morelos y Pavón (1765-1815)

José Morelos et Pavón

C’√©tait un chef insurg√© qui s’est battu pour l’ind√©pendance aux c√īt√©s de Miguel Hidalgo y Costilla. Il se distingue par sa prise de pouvoir dans d’importantes villes de la Nouvelle-Espagne et par l’√©tablissement du Congr√®s d’Anahuac.

Agustín de Iturbide (1783-1824)

Agustín de Iturbe

C’√©tait un militaire et un homme politique de la Nouvelle-Espagne qui dirigeait son arm√©e contre les insurg√©s. Iturbide a conclu un pacte avec les groupes insurg√©s dirig√©s par Vicente Guerrero et a proclam√© le Plan d’Iguala le 24 f√©vrier 1821. Plus tard, il a sign√© les Trait√©s de Cordoue avec Juan O’Donoj√ļ, et le 27 septembre de cette ann√©e, il a obtenu l’ind√©pendance du Mexique.

 

√Čtiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *