Les étapes de la méthode scientifique

Les Ă©tapes de la mĂ©thode scientifique sont un sĂ©rie d’activitĂ©s qui sont menĂ©es pour aborder une enquĂŞte scientifique de manière gĂ©nĂ©rale. Ils reprĂ©sentent un guide pour savoir comment se dĂ©roule le processus d’acquisition des connaissances scientifiques.

Les Ă©tapes de la mĂ©thode scientifique semblent, Ă  première vue, comme une liste de sujets Ă  suivre dans l’ordre et dans un sens. En tant que telle, il n’existe pas de mĂ©thode scientifique universelle suivie de près par tous les chercheurs.

Voici les étapes de la méthode scientifique avec des exemples illustratifs.

1. Observation

L’observation consiste Ă  rĂ©aliser ou Ă  percevoir des aspects de la nature. C’est la première Ă©tape de la mĂ©thode scientifique mais elle infiltre tout le processus de la science, de la reconnaissance d’un phĂ©nomène naturel Ă  la proposition d’une solution et l’observation des rĂ©sultats après une expĂ©rience.

L’observation va au-delĂ  de ce que nous voyons avec nos yeux. Tout ce qui peut ĂŞtre apprĂ©ciĂ© par les sens, nous le reconnaissons comme une observation. Par exemple, si un vĂ©hicule Ă©met un son Ă©trange, ce serait une observation particulière de cet Ă©vĂ©nement qui nous amènerait Ă  se demander pourquoi ce bruit.

Le père de la thĂ©orie de la sĂ©lection naturelle Charles Darwin (1809-1882) a voyagĂ© pendant cinq ans dans une expĂ©dition le long des cĂ´tes du Chili, du BrĂ©sil, de l’Équateur, de l’Australie et d’autres rĂ©gions.Au cours de ce voyage, Darwin a pris des notes et recueilli des Ă©chantillons de ses observations. cela l’a conduit au fil des ans Ă  formuler la sĂ©lection naturelle.

2. Reconnaissance du problème

reconnaissance de problème

Grâce à une observation critique, les problèmes peuvent être reconnus et des solutions recherchées.

Une fois les faits Ă©tablis, il est nĂ©cessaire de les opposer et de reconnaĂ®tre les problèmes. La simple observation est insuffisante s’il n’y a pas de curiositĂ© pour rĂ©soudre les questions qui peuvent se poser.

En 1983, les mĂ©decins J. Robin Warren et Barry Marshall ont observĂ© des bactĂ©ries en forme de «S» dans des Ă©chantillons gastriques. Les questions qui ont Ă©tĂ© soulevĂ©es Ă©taient les suivantes: pourquoi ne s’Ă©taient-ils pas rencontrĂ©s auparavant? Ces bactĂ©ries sont-elles pathogènes ou simples commensales sur une muqueuse endommagĂ©e? et Ces bactĂ©ries sont-elles campylobacter?

3. Hypothèse

L’hypothèse est une explication provisoire Ă  une observation. Une hypothèse doit pouvoir ĂŞtre testĂ©e par des expĂ©riences, cela signifie qu’elle doit ĂŞtre falsifiable. C’est la manière de diffĂ©rencier une hypothèse d’une croyance. Par exemple, dire «c’est le destin» n’est pas falsifiable car une expĂ©rience ne peut pas ĂŞtre conçue pour tester si c’est vrai ou non.

L’hypothèse doit ĂŞtre confirmĂ©e pour montrer qu’elle est correcte. En tant que tel, il s’agit d’un processus actif qui nĂ©cessite une utilisation diligente du cerveau. Cela nous oblige Ă  rĂ©flĂ©chir et Ă  inventer une explication ou une solution.

Par exemple, dans le cas des observations de Warren et Marshal, l’hypothèse serait que les bactĂ©ries prĂ©sentes dans les Ă©chantillons gastriques causent les dommages.

Voir aussi Hypothèse.

4. Prédictions

Les prédictions sont les conséquences attendues des hypothèses. Selon Mario Bunge, la prédiction est la déduction de conséquences particulières:

  • anticiper les nouvelles connaissances,
  • tester la thĂ©orie, et
  • c’est un guide pour l’action.

PrĂ©dire une hypothèse nous conduira Ă  plus d’observations et d’expĂ©rimentation.

Dans les observations de Warren et Marshal sur les bactéries trouvées dans les échantillons de gastrite, la prédiction était que si les patients atteints de gastrite étaient traités avec un antibiotique, ils guériraient plus rapidement.

5. Expérimentation

Une expĂ©rience est un test ou un essai dans des conditions contrĂ´lĂ©es pour Ă©tudier la validitĂ© d’une hypothèse. Dans la forme la plus simple, une expĂ©rience contrĂ´lĂ©e est effectuĂ©e lorsqu’une variable peut ĂŞtre manipulĂ©e, provoquant la modification d’une autre variable en mĂŞme temps. Toute autre variable reste inchangĂ©e.

Dans une expĂ©rience scientifique, des objets physiques, des composĂ©s chimiques ou des espèces biologiques sont choisis pour l’Ă©tude et des dispositifs sont utilisĂ©s pour mesurer les variables. Les rĂ©sultats des expĂ©riences doivent ĂŞtre reproductibles par d’autres chercheurs dans les mĂŞmes conditions expĂ©rimentales.

Ă€ l’instar de la gastrite, Warren et Marshal ont traitĂ© des patients atteints d’ulcères gastriques. Le groupe tĂ©moin a Ă©tĂ© traitĂ© avec les mĂ©dicaments normaux pour l’ulcère et un autre groupe a reçu des antibiotiques et après un certain temps, les mesures ont Ă©tĂ© prises Ă  nouveau.

6. Analyse des résultats

Analyse des résultats

Une Ă©tape importante de la mĂ©thode scientifique est l’analyse des donnĂ©es expĂ©rimentales.

«Les donnĂ©es obtenues par expĂ©rimentation doivent ĂŞtre analysĂ©es Ă  la lumière des hypothèses et des prĂ©visions proposĂ©es. L’analyse des rĂ©sultats permet d’accepter et de rejeter les hypothèses soulevĂ©es, de reformuler les modèles et de proposer de nouvelles procĂ©dures.

Grâce au travail de Warren et de ses collaborateurs, une nouvelle bactĂ©rie, Helicobacter pylori, a Ă©tĂ© dĂ©couverte, responsable d’ulcères duodĂ©naux.

7. Communication des conclusions

Une Ă©tape importante dans la mĂ©thode scientifique est la communication de nos rĂ©sultats, c’est une manière de partager et d’annoncer au monde ce que nous avons obtenu et comment nous l’avons obtenu. La prĂ©sentation des rĂ©sultats peut se faire par plusieurs moyens:

  • Sous forme Ă©crite: dans des thèses, des articles dans des revues scientifiques, dans des articles de presse, sur des affiches informatives lors de confĂ©rences.
  • Audio-visuel: Lors de congrès, colloques et confĂ©rences, les scientifiques ont la possibilitĂ© de prĂ©senter leurs travaux et d’Ă©tablir un Ă©change d’idĂ©es avec d’autres chercheurs.

Le premier rapport de Warren sur l’implication possible d’une bactĂ©rie inconnue dans l’ulcère gastrique est paru dans le Lancet en 1983. Barry Marshal a prĂ©sentĂ© les rĂ©sultats Ă  la confĂ©rence Campylobacter Ă  Bruxelles, en Belgique, la mĂŞme annĂ©e. En 2005, les deux chercheurs ont reçu le prix Nobel de physiologie pour «la dĂ©couverte de la bactĂ©rie Helicobacter pylori et son rĂ´le dans la gastrite et l’ulcère gastroduodĂ©nal».

Organigramme des étapes de la méthode scientifique

Voir Ă©galement:

  • Quelle est la mĂ©thodologie de recherche?
  • MĂ©thode scientifique.
  • Approche du problĂ©me.

Théories et lois scientifiques

Lorsqu’une hypothèse est testĂ©e par plusieurs scientifiques indĂ©pendants avec des preuves expĂ©rimentales, une thĂ©orie ou une loi peut ĂŞtre Ă©tablie.

“Les lois scientifiques sont des gĂ©nĂ©ralisations, des principes ou des modèles dans la nature et les thĂ©ories sont les explications de ces gĂ©nĂ©ralisations.”

William McComas, dix mythes de la science.

Des exemples de lois se trouvent dans la loi de la gravitation universelle d’Isaac Newton et les lois de la thermodynamique. La thĂ©orie du big bang tente d’expliquer l’origine de l’univers.

Les références

  • Bunge, M. Recherche scientifique. Éditorial Ariel, 1985.
  • Mak, DK, Mak, AT, Mak, AB RĂ©soudre les problèmes quotidiens avec la mĂ©thode scientifique: penser comme un scientifique. World Scientific Publishing, 2009.
  • Warren, JR Helicobacter: la facilitĂ© et la difficultĂ© d’une nouvelle dĂ©couverte (ConfĂ©rence Nobel). Chem. Med. Chem. 2006, 672-685.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *