Miguel de Cervantes

Miguel de Cervantes Saavedra √©tait un po√®te, romancier et soldat espagnol consid√©r√© comme l’√©crivain le plus important de la litt√©rature espagnole apr√®s le succ√®s de son Ňďuvre L’ing√©nieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche, consid√©r√© par un grand nombre de sp√©cialistes, comme le premier roman moderne et l’un des plus importants de la litt√©rature mondiale.

La vie de Miguel de Cervantes se caract√©rise par le fait qu’il s’est d√©velopp√© dans une s√©rie constante de hauts et de bas qui l’ont conduit, d√®s son plus jeune √Ęge, √† se d√©placer dans diff√©rentes villes et √† vivre un grand nombre de vicissitudes, notamment en raison de ses faibles ressources √©conomiques.

√Čgalement, il y a encore de nombreux doutes sur la fa√ßon dont sa vie √©tait vraiment et pourquoi il √©tait n√©cessaire de prendre certaines d√©cisions, cela est d√Ľ √† la raret√© de la documentation sur la vie de Cervant√®s √† diff√©rentes √©poques.

Premières années

La date exacte de la naissance de Miguel de Cervantes Saavedra n’a pas √©t√© confirm√©e. Cependant, √©tant donn√© les traditions de l’√©poque, on estime qu’il est n√© le 29 septembre 1547, jour de San Miguel, alors peut-√™tre que ce nom a √©t√© plac√© √† Alcal√° de Henares, et il a √©t√© baptis√© le 9 octobre de ce m√™me ann√©e dans la paroisse de Santa Mar√≠a la Mayor.

Ses parents √©taient Rodrigo de Cervantes Saavedra (chirurgien itin√©rant) et Leonor de Cortinas (fille de paysans). Miguel √©tait le troisi√®me enfant du mariage, sur un total de sept et dont deux sont morts m√™me enfants. Ses fr√®res et sŇďurs √©taient Andr√©s, Andrea, Luisa, Rodrigo, Magdalena et Juan.

Son grand-p√®re paternel √©tait Juan de Cervantes, avocat et juge de la Sainte Inquisition, mari√© √† Leonor de Torrealba, fille d’une famille de m√©decins de Cordoue. Ainsi, peut-√™tre Rodrigo, le p√®re de Miguel, exer√ßait-il la fonction de chirurgien mais sur la base d’un itin√©raire dans diff√©rentes villes comme Valladolid, Cordoue ou S√©ville, compte tenu de sa situation √©conomique difficile et des dettes qu’il avait.

On sait √©galement que son grand-p√®re maternel √©tait un magistrat et, selon des chercheurs tels qu’American Castro, on pense qu’il est possible que la famille de Cervant√®s soit d’origine convertie, c’est-√†-dire qu’ils soient juifs forc√©s de se convertir au christianisme. .

En ce qui concerne la formation acad√©mique de Miguel de Cervantes, il y a peu d’informations, on fait valoir qu’en 1555 il est entr√© dans une √©cole j√©suite et n’a pas entrepris d’√©tudes universitaires. Cependant, on dit que son p√®re √©tait pr√©occup√© par l’√©ducation de ses enfants, m√™me Miguel et ses sŇďurs savaient lire depuis qu’ils √©taient petits.

En 1566, le jeune Cervantes et sa famille s’installent √† Madrid et il fr√©quente l’Estudio de la Villa, dirig√© par Juan de L√≥pez de Hoyos, mais on ne sait pas si c’√©tait en tant que disciple ou professeur.

Peu de temps après, il écrit ses premières compositions poétiques, dont deux sont publiées en 1569 par Hoyos dans un livre sur la mort de la reine Isabel de Valois, épouse du roi Felipe II.

De m√™me, pendant ces ann√©es, Miguel de Cervantes avait l’habitude d’assister √† des repr√©sentations de Lope de Rueda, qu’il mentionne plus tard dans le prologue de son Ňďuvre Huit com√©dies et huit entremeses (1615).

Bataille de Lépante

Miguel de Cervantes.2

Miguel de Cervantes a v√©cu un certain temps en Italie et son go√Ľt pour la ville de Naples s’est refl√©t√© dans diverses Ňďuvres.

En 1569 √† Madrid, un certain Miguel de Cervantes fut condamn√© √† l’arrestation et √† l’amputation publique de la main droite, pour avoir bless√© un homme nomm√© Antonio de Sigura et ma√ģtre d’Ňďuvre. Cette peine √©tait appliqu√©e √† quiconque utilisait des armes √† proximit√© de la r√©sidence royale.

On pense donc que c’est ce qui a motiv√© Cervant√®s √† se rendre √† Rome et √† √™tre pour un temps au service du cardinal Acquaviva, suivant les recommandations d’un parent √©loign√©.

A v√©cu plusieurs ann√©es en Italie, et cela a √©t√© d√©montr√© dans plusieurs de ses Ňďuvres telles que Licenciado Vidriera ou Sigismunda, dont les √©v√©nements se d√©roulent dans diverses r√©gions d’Italie, avec une attention particuli√®re √† Naples.

En 1571, il devient soldat, comme son frère Rodrigo, de la compagnie de Diego de Urbina, qui faisait partie de la marine de la Sainte Ligue (Espagne, Venise et Rome) sous les ordres de Juan de Austria.

La soci√©t√© a affront√© les forces turques et a gagn√© √† la bataille de L√©pante. On raconte que Cervantes s’est battu courageusement, bien qu’il ait √©t√© bless√© √† la main gauche et qu’il ait perdu sa mobilit√©, ce qui l’a conduit √† √™tre appel√© “Le manchot de L√©pante”.

La gloire d’avoir particip√© √† ces affrontements a √©t√© transmise dans la seconde partie de Don Quichotte comme ¬ęl’occasion la plus √©lev√©e que les si√®cles pass√©s aient vue, les pr√©sents, et ils ne s’attendent pas √† voir ceux √† venir¬Ľ.

Plus tard, il combattit également, mais avec moins de fortune, dans les actions de 1572 et 1573 à Navarin, Corfou et Tunis.

Captivité à Alger

En 1575, Miguel de Cervantes et son fr√®re Rodrigo ont d√©cid√© de retourner en Espagne, mais le 26 septembre la galerie Sol, o√Ļ ils ont voyag√©, Elle a √©t√© prise par le corsaire Mam√≠ Arnaute, dans ce qui est actuellement connu sous le nom de Costa Brava, et ils ont √©t√© faits prisonniers √† Alger.

Heureusement, Cervantes a emport√© avec lui les lettres de recommandation que Juan de Austria lui avait faites pour qu’il soit r√©compens√© de son service √† son arriv√©e en Espagne, ce qui a conduit ses r√©presseurs √† penser que Miguel de Cervantes √©tait une personne importante pour laquelle ils pourrait demander le paiement d’une ran√ßon.

Pour cette raison, sa captivit√© a √©t√© plus longue et il a d√Ľ servir d’esclave, prot√©g√© du trafic de captifs, aupr√®s du Grec Dali Mam√≠.

Cervantes a √©t√© retenu captif pendant cinq ans, au cours desquels il a tent√© quatre tentatives d’√©vasion frustr√©es. Enfin, il put √™tre sauv√© le 19 septembre 1580, gr√Ęce aux p√®res trinitaires Fray Antonio de la Bella et Fray Juan Gil, qui pay√®rent 500 ducats pour sa lib√©ration. Il est arriv√© en Espagne et a retrouv√© sa famille en d√©cembre de la m√™me ann√©e.

Une partie de l’exp√©rience v√©cue par Cervant√®s en captif √† Alger se refl√®te dans ses com√©dies Le traitement d’Alger, Les thermes d’Alger et dans l’histoire de la captive, qui se trouve dans la premi√®re partie de Don Quichotte.

Retour en Espagne

Miguel de Cervantes.1

Miguel de Cervantes a v√©cu de nombreuses exp√©riences d√©favorables qui lui ont valu la cr√©ativit√© d’√©crire l’une des Ňďuvres les plus importantes de la litt√©rature mondiale, l’Ing√©nieux Hidalgo Don Quichotte de la Mancha.

Après avoir passé plusieurs années loin de sa terre natale, Cervantès a pu retrouver sa famille, qui traversait des difficultés financières en raison de la recherche constante de ressources et de moyens pour payer la rançon des deux frères.

Une fois en Espagne, Miguel de Cervantes abandonna sa carri√®re militaire et commen√ßa √† chercher du travail afin de pouvoir payer les dettes familiales, d’o√Ļ il voyagea en 1581 au Portugal, o√Ļ se trouvait la cour de Felipe II. Il r√©ussit √† se voir confier une br√®ve mission secr√®te √† Oran. En 1582, il est retourn√© au Portugal pour demander du travail en Am√©rique, mais n’a rien obtenu.

Pendant votre s√©jour √† Madrid eu une relation amoureuse avec une femme mari√©e avec Alonso Rodr√≠guez, nomm√©e Ana Villafranca (ou Ana Franca de Rojas), avec qui il a eu une fille nomm√©e Isabel Rodr√≠guez y Villafranca en avril 1584, qu’il reconnut des ann√©es plus tard.

Alors, en d√©cembre 1584, Cervantes √©pouse Catalina de Salazar y Palacios, une femme beaucoup plus jeune que lui, √† Esquivias, ville de Tol√®de. Ce mariage n’a pas eu d’enfants et n’a pas √©t√© prolong√©, puisque Cervantes a bient√īt commenc√© √† faire de longs voyages √† travers l’Andalousie.

Entre les années 1581 et 1583, on pense que Cervantes a écrit la première partie de la Galatée, divisée en six livres, généralement appelés La Galatée, son premier ouvrage important à caractère pastoral. Il se caractérise par un mélange de prose et de vers. Cet ouvrage fut publié à Alcalá de Henares en 1585, par le libraire Blas de Robles, qui en paya une bonne somme.

Avant La Galatea, Cervantes n’avait r√©ussi √† publier que certaines de ses compositions dans des livres de tiers. Mais, apr√®s ce travail, il s’est mis √† √©crire des com√©dies, parmi lesquelles Le Traitement Argel et Numancia. Cependant, le dramaturge espagnol Lope de Vega a r√©ussi √† faire des pi√®ces avec plus de succ√®s que Cervantes lui-m√™me.

Dernières années

Miguel de Cervantes.3

Miguel de Cervantes est mort à 68 ans dans la ville de Madrid.

En 1587, Cervantes se rend en Andalousie apr√®s avoir √©t√© nomm√© commissaire aux provisions de l’Amada Invincible, pour lequel il se d√©place constamment pour collecter du bl√© et de l’huile destin√©s aux navires royaux.

Cependant, peu de temps apr√®s, il a d√Ľ faire face √† l’√Čglise d’√Čcija en raison de l’√©chec de ses collections, il a donc √©t√© excommuni√© et en 1592, il a √©t√© accus√© de vente ill√©gale de bl√©, pour lequel il a √©t√© emprisonn√© √† Castro del R√≠o pendant une courte p√©riode.

Plus tard, en 1594, Cervantes est retourn√© √† Madrid et a travaill√© comme collecteur d’imp√īts, mais la banque pour laquelle il travaillait a √©chou√© et Cervantes a √©t√© bl√Ęm√© pour, soi-disant, s’approprier une partie de l’argent public. Par cons√©quent, en 1597, il fut de nouveau emprisonn√© dans la prison royale de S√©ville.

On pense que c’est pendant cet emprisonnement que Cervant√®s a commenc√© √† √©crire Don Quichotte, comme indiqu√© dans le prologue. De m√™me, on ne sait pas combien de temps Cervantes a √©t√© emprisonn√©, mais on pense que c’√©tait jusqu’en 1600.

Puis, en 1604, Cervantes √©tait √† Valladolid et le chroniqueur Antonio de Herrera y Tordesillas a ordonn√© la publication de la premi√®re partie de L’Ing√©nieux Hidalgo Don Quijote de la Mancha, une Ňďuvre qui a conduit √† un nouveau genre litt√©raire connu sous le nom de roman moderne. .

Plus tard, en 1615, la deuxième partie fut publiée sous le titre El ingenioso caballero Don Quichotte de la Manche. Les deux publications ont été très bien accueillies et réussies. De même, peu de temps avant sa mort, Cervantès réussit à conclure son ouvrage The Works of Persiles and Sigismunda, publié en 1617.

Enfin, Miguel de Cervantes Saavedra d√©c√©d√© le 22 avril 1616 dans la ville de Madrid, apr√®s avoir souffert de diab√®te. Il a √©t√© enterr√© dans l’√©glise du couvent des Trinitaires aux pieds nus, selon ses derni√®res volont√©s.

Ňíuvres de Cervantes

Miguel de Cervantes.4

Sculpture repr√©sentant le personnage de Don Quichotte, issue de l’Ňďuvre L’Ing√©nieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche (1605).

Peu d’Ňďuvres de Cervantes sont conserv√©es, cependant l’√©crivain et po√®te espagnol a √©crit beaucoup plus d’histoires que celles cit√©es ci-dessous, dont aucune trace n’a √©t√© trouv√©e.

  • Les trait√©s d’Alger ou le trait√© d’Alger (1582).
  • La Galat√©e (1585).
  • L’ing√©nieux monsieur Don Quichotte de la Manche (1605).
  • Romans exemplaires (1613).
  • Voyage du Parnasse (1614) .Le chevalier ing√©nieux Don Quichotte de la Mancha (1615).
  • El gallardo espa√Īol (com√©die incluse dans l’ouvrage Huit com√©dies et huit nouveaux hors-d’Ňďuvre n’ont jamais repr√©sent√© 1615).
  • Les Ňďuvres de Persiles et Sigismunda. (1617).

De toutes ses Ňďuvres, Don Quichotte, c’est-√†-dire ses deux parties, a √©t√© la plus r√©ussie, et dont il n’a pas pu profiter de peu, car il est mort peu de temps apr√®s ses publications. C’est l’Ňďuvre avec le plus de traductions, apr√®s la Bible, et avec la plus haute repr√©sentation de la litt√©rature espagnole qui a c√©d√© la place au genre du roman moderne.

Ses deux protagonistes, Don Quichotte et Sancho Panza, vivent ensemble les adversit√©s de la vie dans une histoire au style tragi-comique, qui a fait de ces personnages deux ic√īnes de la litt√©rature universelle.

 

√Čtiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *