Miguel Hidalgo et Costilla

Miguel Hidalgo et Costilla est reconnu pour √™tre l’une des figures les plus importantes de l’histoire mexicaine et pour √™tre consid√©r√© comme le p√®re du pays apr√®s avoir parl√© avec le Grito de Dolores le 16 septembre 1810, acte qui a d√©clench√© les affrontements arm√©s pour l’ind√©pendance du Mexique.

Hidalgo y Costilla était un prêtre néo-espagnol qui se caractérisait par un idéal avancé de justice et de meilleures conditions de vie, pour lesquelles il a travaillé dur dans sa paroisse de la ville de Dolores.

Par cons√©quent, il √©tait consid√©r√© comme un chef de file du soul√®vement arm√© dans la lutte contre le colonialisme, qui reposait sur la justice sociale et non sur l’obtention d’un poste ou d’un pouvoir politique.

Les premières années de Miguel Hidalgo y Costilla

Miguel Hidalgo

Portrait de Miguel Hidalgo y Costilla, extrait du livre Le Mexique à travers les siècles, Julio Zárate (1880).

Miguel Gregorio Antonio Ignacio Hidalgo y Costilla Gallaga Mandarte y Villase√Īor, est n√© le 8 mai 1753 √† l’Hacienda de Corralejo, √† P√©njamo, √©tat actuel de Guanajuato.

Il √©tait le deuxi√®me des quatre enfants de ses parents, Don Crist√≥bal Hidalgo y Costilla et Do√Īa Ana Mar√≠a Gallaga Mandarte, qui faisaient partie d’une riche famille cr√©ole.

En 1765, alors qu’Hidalgo y Costilla avait 12 ans, il fut envoy√© √©tudier avec son fr√®re a√ģn√© au Colegio de San Nicol√°s Obispo, dirig√© par des j√©suites, aujourd’hui Universidad Michoac√°n de San Nicol√°s de Hidalgo, √† Valladolid (aujourd’hui Morelia). .

Dans cette institution, Hidalgo y Costilla √©tudia, avec son fr√®re, jusqu’en 1767. Puis, il se rendit √† Mexico pour √©tudier l’enseignement sup√©rieur et recevoir un dipl√īme en th√©ologie et philosophie en 1773, ce qui lui permit d’√™tre professeur au Coll√®ge . de San Nicol√°s, o√Ļ il avait d√©j√† √©tudi√©. Plus tard, en 1778, il fut ordonn√© pr√™tre.

Miguel Hidalgo y Costilla se caract√©risait par le fait qu’il √©tait une personne poss√©dant des connaissances et une capacit√© intellectuelle √©tendues, il parlait plusieurs langues, ainsi que des langues autochtones.

En outre, il disposait d’une vaste biblioth√®que et de lectures traitant de divers id√©aux politiques et m√™me de ceux contraires √† la religion. Par cons√©quent, ses connaissances lui ont valu le poste de recteur du Colegio de San Nicol√°s en 1788.

En 1803, Hidalgo y Costilla a pris le poste de pr√™tre dans la ville de Dolores, Guanajuato, poste qui √©tait d√©j√† occup√© par son fr√®re a√ģn√© d√©c√©d√©. En tant que pr√™tre, il √©tait connu pour √™tre un homme qui exer√ßait avec d√©vouement et avec enthousiasme son enseignement eccl√©siastique.

Hidalgo y Costilla fue un sacerdote que se preocup√≥ por mejorar las condiciones de vida de sus feligreses, en su mayor√≠a ind√≠genas y campesinos, por lo que promovi√≥ el cultivo de vi√Īas, la apicultura y el trabajo en los hornos de ladrillos y las f√°bricas de lozas , entre autres.

Cri de douleur

Miguel Hidalgo avec bannière

Portrait de Miguel Hidalgo y Costilla, par Antonio F√°bres.

En 1808, Napol√©on Bonaparte et ses troupes envahissent l’Espagne. Les Fran√ßais d√©pos√®rent √† la fois le roi Carlos IV et son fils Fernando VII, ce qui fit sensation dans les colonies espagnoles d’Am√©rique et commen√ßa la formation de groupes avec des id√©aux d’ind√©pendance.

Cela a conduit à une crise politique au Mexique en 1808 et au renversement du vice-roi José de Iturrigaray.

Puis, en 1809, le complot de Valladolid a √©t√© form√©, dont le but √©tait d’√©tablir une junte gouvernementale pour diriger la Nouvelle-Espagne pendant l’absence du roi Fernando VII, mais il a √©t√© d√©couvert et ses membres ont √©t√© emprisonn√©s.

D’autre part, √† Quer√©taro, une conspiration se pr√©parait √©galement pour renverser le vice-roi Francisco Javier Venegas de Saavedra et lib√©rer le peuple de la Nouvelle-Espagne de la domination espagnole.

La Conspiration de Querétaro a été organisée par Miguel Domínguez avec son épouse Josefa Ortiz de Domínguez, auxquels se sont joints Ignacio Allende, Juan Aldama, Mariano Abasolo et, enfin, Miguel Hidalgo y Costilla, entre autres.

Cependant, le vice-roi Francisco Javier Venegas avait d√©j√† √©t√© inform√© de ce complot, pour lequel il a demand√© l’arrestation des personnes impliqu√©es, qui, heureusement, ont r√©ussi √† √™tre pr√©venu √† temps et ont pu s’√©chapper.

Ignacio Allende se rendit à Dolores et rencontra Hidalgo y Costilla le 16 septembre 1810. Ce matin-là, le prêtre de la Nouvelle-Espagne prit la bannière de la Vierge de Guadalupe et convoqua une messe à laquelle assistaient de nombreux paroissiens et appela les citoyens à combattre pour la liberté et contre le colonialisme.

Cet appel est connu sous le nom de Grito de Dolores, et il est consid√©r√© comme le d√©but formel de la lutte arm√©e pour l’ind√©pendance du Mexique et l’une des premi√®res r√©voltes en Am√©rique pour la libert√© des peuples colonis√©s. ¬ęVive notre tr√®s sainte m√®re de Guadalupe! Vive Fernando VII et le mauvais gouvernement meurt! ¬Ľ.

Premières victoires

Bannière de la Vierge de Guadalupe

Banni√®re de la Vierge de Guadalupe qu’Hidalgo avait l’habitude de soulever lors d’affrontements.

Miguel Hidalgo y Costilla faisait partie des hommes qui ont commenc√© la lutte pour l’ind√©pendance du Mexique, avec Allende, Aldama et Abasolo et des milliers de soldats compos√©s d’artisans et de paysans.

De cette manière, il remporta rapidement la victoire dans les villes de Celaya, Salamanque, Irapuato, Acámbaro et Silao, dans lesquelles il trouva peu de résistance et un grand soutien de la part des paysans, des travailleurs et des citoyens en général, qui rejoignaient le mouvement pour la liberté.

Le 28 septembre 1810, Miguel Hidalgo y Castillo mena la prise de la Granaditas alh√≥ndiga, √† Guanajuato, et affronta le maire Juan Antonio Ria√Īo, d√©c√©d√© au combat.

Cet √©v√©nement a √©t√© caract√©ris√© par sa grande violence. Les riches qui s’√©taient r√©fugi√©s dans la Granaditas alh√≥ndiga ont √©t√© tu√©s par l’arm√©e insurg√©e command√©e par Aldama et Allende.

Apr√®s cet √©v√©nement, beaucoup ont cess√© de suivre le pr√™tre Hidalgo y Costilla, √©galement excommuni√© de l’√Čglise catholique, car les √©v√™ques n’approuvaient pas ces actes violents et ne partageaient pas non plus ses id√©aux de libert√© ou de restitution des terres aux indig√®nes et aux paysans. .

Le 17 octobre de la m√™me ann√©e, les troupes d’Hidalgo et de Costilla avaient pris la ville de Valladolid, et le 25 elles prirent Toluca. Lors de ces affrontements, un nouveau membre et ancien √©tudiant s’est joint, nomm√© Jos√© Mar√≠a Morelos, qui plus tard serait le successeur de Hidalgo y Costilla et un fid√®le combattant pour la libert√© et l’ind√©pendance du Mexique.

Poursuivant l’objectif d’atteindre Mexico, le 30 octobre 1810, le pr√™tre de la Nouvelle-Espagne remporta une autre victoire dans la bataille de Monte de las Cruces, dans laquelle son arm√©e battit les troupes royalistes dirig√©es par Torcuato Trujillo, envoy√© sous les ordres du vice-roi Francisco Javier Venegas.

L’erreur de Miguel Hidalgo et Costilla

Apr√®s la victoire √† Monte de las Cruces, Allende a sugg√©r√© √† Hidalgo y Costilla d’attaquer Mexico; cependant, il a ignor√© ces conseils. Par la suite, les deux dirigeants se sont s√©par√©s pour une courte p√©riode.

Hidalgo y Costilla a √©t√© battu le 7 novembre √† Aculco par le mar√©chal F√©lix Mar√≠a Calleja. Apr√®s la d√©faite, Hidalgo est retourn√© √† Valladolid et de l√† il a d√©m√©nag√© √† Guadalajara, o√Ļ, le 22 novembre, il a d√©clar√© l’ind√©pendance, d√©cr√©t√© l’abolition de l’esclavage, la restitution des terres et form√© un gouvernement provisoire.

Cependant, le 17 janvier 1811 eut lieu la bataille du pont de Calder√≥n, au cours de laquelle les troupes d’Hidalgo et de Costilla furent vaincues par l’arm√©e royaliste dirig√©e par Calleja.

√Ä la suite de ses erreurs, ses camarades insurg√©s l’ont destitu√© de son poste, c’est pourquoi il s’est enfui √† Aguascalientes et Zacatecas, son intention √©tait d’atteindre les √Čtats-Unis.

Cependant, Hidalgo y Castillo fut trahi et captur√© par Ignacio Elizondo, un r√©aliste qui servit d’espion pour la vice-royaut√©, le 21 mai 1811, avec ses compagnons Allende et Aldama.

Exécution de Miguel Hidalgo y Costilla

Monuments de l'indépendance

Portrait de Miguel Hidalgo y Costilla, par le peintre José Inés Tovilla (1912).

Apr√®s sa capture, Miguel Hidalgo y Costilla a √©t√© transf√©r√© √† Chihuahua, o√Ļ il a √©t√© jug√©, expuls√© des ordres sacerdotaux et condamn√© √† mort. Son ex√©cution eut lieu le 30 juillet 1811. Quelques jours auparavant, ils avaient d√©j√† tu√© Allende et Aldama.

Enfin, le corps de Hidalgo y Costilla a √©t√© enterr√© dans la chapelle de San Antonio de As√≠s, √† Chihuahua. Sa t√™te, avec celle d’Ignacio Allende et de Juan Aldama, a √©t√© envoy√©e √† Guanajuato et plac√©e dans la Granaditas alh√≥ndiga, dans une cage de fer, o√Ļ elle a √©t√© expos√©e pendant plusieurs ann√©es.

Depuis 1925, ses restes reposent dans le monument de l’ind√©pendance, populairement connu sous le nom d’ange de l’ind√©pendance.

Apr√®s sa mort, la lutte pour l’ind√©pendance du Mexique s’est poursuivie pendant plusieurs ann√©es. Hidalgo a √©t√© suivi par des personnalit√©s importantes telles que Ignacio L√≥pez Ray√≥n, Jos√© Mar√≠a Morelos et Agust√≠n de Iturbide. Une fois la R√©publique du Mexique √©tablie, l’√Čtat d’Hidalgo a √©t√© baptis√© de son nom et la ville de Dolores s’appelle d√©sormais Dolores Hidalgo.

Au Mexique, le jour de l’ind√©pendance du Mexique est c√©l√©br√© tous les 16 septembre, date historique dans laquelle les id√©aux de justice, d’√©thique, de courage et de passion sont rappel√©s avec lesquels Miguel Hidalgo y Costilla s’est battu pour la libert√©, la justice sociale et l’ind√©pendance de son pays, d’o√Ļ il est consid√©r√© comme le p√®re du pays.

 

√Čtiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *