Octavio Paz

Octavio Paz √©tait un po√®te et essayiste mexicain renomm√© laur√©at du prix Nobel de litt√©rature en 1990. Cela a √©t√© l’un des Les po√®tes hispaniques am√©ricains les plus importants et les plus influents du XXe si√®cle, qui a utilis√© ses comp√©tences litt√©raires pour exposer l’importance de la langue et de ses ressources, ainsi que pour proclamer sa position politique et √©thique.

En plus d’√™tre √©crivain, il se d√©marque √©galement comme une figure diplomatique, une exp√©rience qui le rapproche de divers po√®tes d’avant-garde, et dont il refl√®te l’influence dans plusieurs de ses Ňďuvres.

Premières années

Octavio Irineo Paz Lozano est n√© le 31 mars 1914 √† Mexico, au milieu du processus r√©volutionnaire qui se d√©roulait au Mexique et auquel son p√®re a particip√©, c’est pourquoi ils ont peu partag√©. Ses parents √©taient Octavio Paz Sol√≥rzano et Josefina Lozano.

D√®s son plus jeune √Ęge, il a v√©cu avec son grand-p√®re paternel Ireneo Paz, √† Mixcoac pr√®s de Mexico. Pendant son enfance, Octavio Paz a grandi avec sa m√®re, sa tante Amalia Paz Sol√≥rzano et son grand-p√®re paternel.

Son p√®re et son grand-p√®re avaient une grande influence pour Octavio, car tous deux partageaient des int√©r√™ts litt√©raires et politiques. Cependant, son grand-p√®re Ireneo, qui en plus d’√™tre un soldat √† la retraite, √©tait aussi un romancier et un intellectuel, ce qui a conduit le futur √©crivain dans une large mesure, d√®s son plus jeune √Ęge, dans le monde de la litt√©rature.

Voir aussi Révolution mexicaine.

Formation académique

Octavio Paz a commenc√© ses √©tudes en 1916 √† Los Angeles, aux √Čtats-Unis, lorsque son p√®re a d√Ľ d√©m√©nager dans ce pays en tant que repr√©sentant d’Emiliano Zapata. Deux ans plus tard, il est retourn√© au Mexique et a poursuivi ses √©tudes.

En grandissant, il a pris conscience de son go√Ľt pour la litt√©rature et identifi√© avec les mouvements de gauche qui ont eu lieu au MexiqueAinsi, en 1929, alors qu’il avait 15 ans, il soutient le mouvement basque et fait partie des militants de l’Union des √©tudiants Pro Obrero y Campesinos.

Ensuite, Paz est entr√© √† l’√©cole pr√©paratoire nationale de San Ildefonso, o√Ļ il a continu√© √† soutenir le mouvement zapatiste gr√Ęce √† un enseignant et un ami de son p√®re, qui l’ont encourag√© √† partager de tels id√©aux. Plus tard, il a √©tudi√© le droit √† l’Universit√© nationale autonome du Mexique jusqu’en 1937.

Production littéraire et carrière diplomatique

Octavio Paz, photos

Octavio Paz √©tait un po√®te et un essayiste d’une production litt√©raire extensive √† laquelle un grand nombre de traductions doit √©galement √™tre ajout√©.

Octavio Paz a commenc√© √† √©crire d√®s son plus jeune √Ęge et a publi√© ses premiers po√®mes et essais dans diff√©rents magazines litt√©raires, dans lesquels il exposait ses id√©aux de gauche, ainsi que son souci de l’√©thique et de l’art.

En 1931, Paz a vu son premier article publi√© intitul√© L’√©thique de l’artiste. En ao√Ľt de la m√™me ann√©e, il fonda, avec d’autres po√®tes tels que Rafael L√≥pez Malo, Salvador Toscano et Arnulfo Mart√≠nez, fils d’√©crivains connus, le magazine Barandal, dont la publication fut br√®ve. Plus tard, il a fond√© la revue Cuadernos del Valle de M√©xico, dont seuls deux volumes ont √©t√© publi√©s.

En 1933, Paz publia le recueil de poèmes Luna Silvestre, suivi de ¡No pasaán! en 1936, inspiré de la guerre civile espagnole.

En janvier 1937, son premier recueil de po√®mes, Ra√≠z del Hombre, a √©t√© publi√© et a √©t√© s√©v√®rement critiqu√©. Ce travail l’am√®ne √† rencontrer un grand groupe de po√®tes et √† √™tre reconnu par Pablo Neruda, qu’il rencontrera quelque temps plus tard.

La m√™me ann√©e, Paz s’installe au Yucat√°n o√Ļ il participe √† la fondation d’une √©cole rurale o√Ļ il enseigne, mais pendant quelques mois parce qu’il re√ßoit une lettre d’invitation de Pablo Neruda et Rafael Alberti pour assister au ¬ęII Congr√®s international des √©crivains pour la D√©fense de la culture ¬Ľ, qui se d√©roulerait au mois de juillet en Espagne.

Au cours du Congr√®s de la paix, il a eu l’occasion de rencontrer d’√©minents √©crivains de diff√©rents pays, parmi lesquels, outre Pablo Neruda et Rafael Alberti, Tristan Tzara, Stephen Spender, Ernest Hemingway, Alejo Carpentier, C√©sar Vallejo, Antonio Machado, entre autres peuvent il faut mentionner les po√®tes de la g√©n√©ration 27.

Le voyage de Paz en Espagne a eu lieu pendant le d√©veloppement de la guerre civile espagnole (1936-1939), d’o√Ļ il a exprim√© sa solidarit√© avec les r√©publicains espagnols √† travers la publication de divers po√®mes et articles. Il s’agit notamment du po√®me Bajo tu clara sombra et d’autres po√®mes sur l’Espagne.

En 1938, il retourna au Mexique, apr√®s une br√®ve visite √† Paris et √† New York. A son retour, il fait partie des fondateurs du magazine Taller, dans lequel il √©crit jusqu’en 1941, ainsi que de certains po√®tes espagnols exil√©s au Mexique.

Entre 1941 et 1942, Paz publie et √©dite les po√®mes suivants Entre la pierre et la fleur, Au bord du monde et Premier jour, Racine de l’homme et Nuit des r√©surrections.

Plus tard, En 1943, Paz a obtenu la bourse Guggenheim, pour laquelle il a d√Ľ d√©m√©nager aux √Čtats-Unis pour √©tuder √† l’Universit√© de Californie. Puis, en 1945, il a commenc√© son travail de diplomate mexicain lorsqu’il est entr√© au service ext√©rieur mexicain, c’est pourquoi il a √©t√© envoy√© en France, o√Ļ il est rest√© jusqu’en 1951.

Pendant son s√©jour en France, Paz s’est √©loign√© de la pens√©e marxiste et s’est rapproch√© du surr√©alisme. C’√©tait aussi parce qu’il a rencontr√© et il a √©t√© ami de diff√©rents artistes surr√©alistes comme Andr√© Breton et Benjam√≠n P√©ret.

Pendant son séjour en France, Paz publie son essayiste El laberinto de la soledad en 1950, et en 1951 il contribue au magazine Spirit.

Puis, entre janvier et mars 1952, Paz fut envoy√© travailler √† l’ambassade du Mexique en Inde, et de l√† jusqu’en janvier 1953, il travailla √† l’ambassade du Japon. Par cons√©quent, Octavio Paz est retourn√© au Mexique dans le courant de 1953, et √† son arriv√©e, il a dirig√© le bureau des organisations internationales qui faisait partie du minist√®re des Relations √©trang√®res.

En 1954, Paz a particip√© √† la fondation de la Revista Mexicana de Literatura, √† laquelle il a collabor√© pendant quatre ans, ainsi qu’√† El Corno Emplumado.

En 1956, il publie l’une de ses Ňďuvres les plus importantes, El arco y la lira, qui est essentielle pour comprendre le style po√©tique et le langage utilis√©s par l’auteur. De m√™me, en 1957, Paz √©crivit l’un de ses plus longs po√®mes “Pierda de sol”, compos√© de 584 vers et caract√©ris√© par sa forme circulaire, il fait partie du recueil de po√©sie Libertad Under Word, publi√© en 1960.

Quatre ans plus tard, en 1959, Paz a √©t√© nomm√© fonctionnaire de l’ambassade de Paris par le minist√®re mexicain des Affaires √©trang√®res, et trois ans plus tard comme ambassadeur du Mexique en Inde, poste qu’il a d√©missionn√© en 1968 pour ne pas √™tre d’accord avec les mesures prises. les mouvements √©tudiants au Mexique qui ont pris fin avec le massacre de Tlatelolco et pour avoir eu de graves diff√©rends avec le pr√©sident mexicain de l’√©poque, Gustavo D√≠az Ordaz.

D√®s lors, Paz a enseign√© dans diff√©rentes universit√©s aux √Čtats-Unis, a travaill√© dur dans diverses activit√©s culturelles et magazines tels que Plural et Vuelta.

Au cours des ann√©es 1960, Paz a maintenu une grande activit√© litt√©raire qui lui a permis d’√©crire et de publier diverses Ňďuvres. Par exemple, en 1966 lors de son s√©jour en Inde, Paz a √©dit√© avec Jos√© Emilio Pacheco et Homero Aridjis l’anthologie Poes√≠a en Movimiento.

Voir aussi Pablo Neruda.

Vie personnelle

Octavio Paz, exposition

Fragment du po√®me “Je parle de la ville” utilis√© pour couvrir un espace publicitaire pour la comm√©moration du centenaire d’Octavio Paz.

Le p√®re d’Octavio Paz est d√©c√©d√© le 10 mars 1935 des suites d’un accident de train.

D’autre part, Paz avait des relations amoureuses avec trois couples. Le premier √©tait la dramaturge Elena Garro, qu’il a rencontr√©e √† l’Universit√© nationale autonome du Mexique et avec qui il s’est mari√© jusqu’en 1950. De cette relation, il eut une fille, Laura Helena Paz Garro.

Plus tard, entre 1959 et 1965, Paz entretient une relation avec Bona Tibertelli de Pisis. Puis, après avoir mis fin à cette relation, Paz épousa Marie-José Tramini, sa dernière compagne sentimentale, en 1965.

Dernières années

Octavio Paz, apr√®s avoir souffert d’un cancer, est d√©c√©d√© le 19 avril 1998 √† Mexico. Paz a laiss√© un h√©ritage important dans la litt√©rature latino-am√©ricaine, qui lui a valu le prix Nobel honorable de litt√©rature.

Ses Ňďuvres po√©tiques et d’essai refl√®tent une tendance surr√©aliste d√©riv√©e de son s√©jour en Europe, y compris de la pens√©e orientale qui l’a influenc√© pendant les ann√©es o√Ļ il a v√©cu en Inde.

De m√™me, l’√©crivain a d√©montr√© son grand souci de l’√©thique, peut-√™tre parce qu’il a v√©cu √† une √©poque d’√©v√©nements sociaux et politiques importants qui ont boulevers√© le monde et qui l’ont conduit √† une r√©flexion constante sur l’humanit√©.

Récompenses

Tout au long de sa carri√®re litt√©raire, Octavio Paz a √©t√© d√©cor√© de divers prix et distinctions pour ses Ňďuvres. Parmi lesquels on peut citer les Prix ‚Äč‚ÄčCervantes re√ßu en 1981 et l’un des prix les plus importants de la litt√©rature latino-am√©ricaine.

Puis, en 1990, il a re√ßu le Prix ‚Äč‚ÄčNobel de litt√©rature gr√Ęce √† sa carri√®re po√©tique et essayiste. Enfin, en 1993, il a re√ßu le Prix ‚Äč‚ÄčPrince des Asturies pour la communication et les sciences humaines.

D’autres prix ou distinctions √©taient le doctorat honoris causa de l’Universit√© nationale autonome du Mexique (1978), le doctorat honoris causa de l’Universit√© Harvard (1980), le doctorat honoris causa de l’Universit√© de New York (1985), la m√©daille Picasso, d√©cern√©e en France par l’UNESCO (1987), entre autres.

Principaux travaux

Octavio Paz, le labyrinthe de la solitude

Couverture de l’une des √©ditions de l’essai d’Octavio Paz, intitul√©e Laberinto de la soledad, publi√©e pour la premi√®re fois en 1950.

Voici une liste des principales Ňďuvres litt√©raires d’Octavio Paz:

Poèmes et poèmes:

  • Lune sauvage (1933).
  • Ils ne passeront pas! (1936).
  • Racine de l’homme (1937).
  • Sous votre ombre claire et d’autres po√®mes sur l’Espagne (1937).
  • Au bout du monde (1942).
  • Lib√©ration conditionnelle (1949).
  • Aigle ou soleil? (1951)
  • Pierre solaire (1957).
  • Po√©sie en mouvement (1966), une anthologie po√©tique √† laquelle d’autres auteurs ont particip√©.

Essais:

  • Le labyrinthe de la solitude (1950).
  • L’arc et la lyre (1956).
  • Quadrivio (1965).
  • Conjonctions et disjonctions (1969).
  • Le signe et le griffonnage (1974).
  • L’ogre philanthropique (1979).
  • Sor Juan In√©s de la Cruz ou les pi√®ges de la foi (1982).
  • La double flamme (1993).

 

√Čtiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *