Platon

Platon est consid√©r√© comme l’un des philosophes et penseurs grecs les plus importants de l’histoire de l’humanit√©, avec son professeur Socrate et son disciple Aristote.

Ses Ňďuvres et son h√©ritage ont influenc√© les th√©ories et les pens√©es de l’Occident, √† la fois dans le domaine de la philosophie, de la politique, de l’√©thique, du langage, voire de l’anthropologie, de la th√©ologie, entre autres.

Son travail est consid√©r√© comme le plus innovant de son temps , l’√©laboration et la logique avec lesquelles il a pr√©sent√© ses pens√©es ont √©t√© propag√©es par ses disciples.

Pour certains sp√©cialistes, Platon √©tait charg√© d’institutionnaliser la philosophie gr√Ęce √† la cr√©ation et √† l’ouverture de son Acad√©mie, un espace d√©di√© √† l’enseignement, au d√©bat et √† l’√©tude de diverses branches de la pens√©e, et dont il √©tait professeur.

De m√™me, il convient de mentionner que Platon n’√©tait pas seulement sous l’influence de Socrate, mais d’autres philosophes √©minents tels que Pythagore, qui lui a enseign√© la g√©om√©trie et les math√©matiques, Anaxagoras, qui lui a appris l’importance de la raison, ou Parm√©nide, dont il a appris le concept d ‘¬ę√Ęme¬Ľ.

Premières années

Le lieu exact o√Ļ est n√© Plant√≥n n’est pas certain, certains √©rudits ont √©tabli Egina comme lieu d’origine et d’autres Ath√®nes, toutes deux situ√©es en Gr√®ce, la m√™me chose se produit avec sa date de naissance, qui est calcul√©e entre 428 et 427 avant JC.

Son nom de naissance √©tait Aristocl√®s , cependant, ce philosophe a √©t√© reconnu par son surnom Platon, qui faisait r√©f√©rence √† la largeur de son dos, selon les mots de Diog√®ne Laercio dans son texte La vie d’illustres philosophes.

Platon est n√© dans une famille aristocratique, son p√®re Ariston √©tait un parent du roi Codro, le dernier roi d’Ath√®nes. Per√≠ctina, sa m√®re, √©tait descendante du l√©gislateur grec Sol√≥n.

De plus, Platon avait deux fr√®res Adimanto et Glauc√≥n, et une sŇďur Potone. Apr√®s la mort de son p√®re, sa m√®re √©pousa Pirilampo, un oncle de Platon, avec qui elle eut un fils nomm√© Antiphon.

La famille de Platon se caract√©risait par une vocation politique que le philosophe n’a pas continu√©, pour sa part, a pr√©f√©r√© se consacrer √† la philosophie apr√®s avoir rencontr√© Socrate, environ, √† l’√Ęge de vingt ans.

Cependant, il faut noter qu’il jouissait d’une √©ducation de haut niveau, son tuteur √©tait Cratyle, un philosophe, avec qui on suppose qu’il avait d√©j√† discut√© de son id√©e du sensible et de l’impossibilit√© de ses connaissances scientifiques.

M√™me son neveu Espeusipo a soulign√© les comp√©tences d’apprentissage de son oncle, en particulier dans l’art, la po√©sie et la peinture. Cependant, apr√®s avoir commenc√© ses √©tudes avec Socrate, sa tendance artistique diminuait.

Cela √©tait d√Ľ au fait que l’influence de Socrate allait plus loin et conduisait Palt√≥n √† d√©terminer l’existence r√©elle de la nature immat√©rielle. D√®s lors, Aristote souligne que Platon a donn√© naissance √† la th√©orie des id√©es.

Orientation politique

Platon

Platon ne s’est pas engag√© dans une activit√© politique, cependant, il a √©crit sur le sujet.

Bien que Platon ait re√ßu sa propre √©ducation pour exercer une activit√© politique, il ne voulait pas √™tre li√© √† des t√Ęches telles que racont√©es dans la Lettre VII, en raison de deux √©v√©nements importants.

En principe √† cause du r√©gime connu sous le nom des Trente Tyrans, apr√®s quoi le pouvoir a √©t√© usurp√© √† Ath√®nes apr√®s la guerre du P√©loponn√®se, et auquel ont particip√© son oncle Cr√≠tias et son cousin C√°rminedes. Cet √©v√©nement a √©t√© caract√©ris√© par une violence et une tentative contre les repr√©sentants de la d√©mocratie d’Ath√®nes.

De ce fait il ressort que Platon √©tait antid√©mocratique, cela peut m√™me √™tre not√© dans des textes tels que la R√©publique et Politico. Cependant, au-del√† de cette position, Platon n’√©tait pas d’accord avec les actes violents et criminels que ses proches ont caus√©s, ce qui lui a caus√© une grande d√©ception.

Puis, mention est faite du processus et de la condamnation à mort pour impiété qui a été imposée à Socrate dans un système politique oligarchique, dicté contre son professeur en 399 avant JC. Après ce fait douloureux, Platon a fui Athènes et est parti pour un temps de la vie publique.

Malgr√© ces faits, son int√©r√™t pour les questions politiques ne les abandonna pas compl√®tement, puisqu’il en vint quelque temps plus tard √† concevoir un mod√®le d’√Čtat qu’il consid√©rait comme l’id√©al.

Voir aussi Socrate.

Premiers voyages

Craignant pour sa vie, surtout après la condamnation injuste et la condamnation à mort de son professeur Socrate, Platon a décidé de quitter Athènes et de se réfugier à Megara, en Sicile. Il était là pour un temps avec son ami et philosophe Euclide, qui avait déjà fondé une école à tendance socratique dans cette ville.

De l√†, il se rendit √† Cyr√®ne, o√Ļ il rendit visite au math√©maticien Th√©odore et Aristipo de Cyr√®ne, qui avait fond√© une √©cole cyr√©na√Įque. On dit m√™me qu’il s’est rendu en Egypte, bien qu’aucune information n’ait encore √©t√© trouv√©e pour √©tayer r√©ellement cette information car il y a ceux qui croient qu’il est retourn√© √† Ath√®nes.

Plus tard, Platon a voyagé en Italie et était en Sicile. Des informations sur ces voyages sont disponibles dans la lettre VII. Lors de ces voyages, il rencontra les pythagoriciens dirigés par Archytas de Tarente, philosophe et homme politique, avec qui il entretenait une amitié.

En 388 avant JC, il fit son premier voyage à Syracuse, une ville dirigée par le roi Dionysos Ier, considéré comme un tyran. Au cours de son séjour, il rencontra Dion, le beau-frère de Denys Ier, par qui il fut attiré et lui enseigna diverses connaissances socratiques pouvant être mises en pratique sous le règne de Dionysos Ier.

Cependant, malgr√© l’invitation, le roi a expuls√© Platon de la ville de Syracuse en raison de ses commentaires, c’est pourquoi il a √©t√© vendu comme esclave √† √Čgine. Heureusement, Platon a √©t√© sauv√© par Ann√≠ceris, qu’il avait rencontr√© √† Cyr√®ne.

L’Acad√©mie

L'Académie

Peinture L’√©cole d’Ath√®nes, Rafael Sanzino.

Apr√®s la terrible exp√©rience qu’il avait v√©cue √† Syracuse, Platon a r√©ussi √† retourner √† Ath√®nes et √† la p√©riph√©rie de la ville, dans un espace d√©di√© au h√©ros Academo, il a achet√© un domaine o√Ļ il a fond√© l’Acad√©mie, √† partir de laquelle on pense que le nom de cette √©cole d√©rive.

L’Acad√©mie a fonctionn√© pendant pr√®s de neuf cents ans , jusqu’en 529 apr√®s JC, lorsque Justinien Ier, empereur romain, a d√©cid√© de la fermer car il consid√©rait cet espace comme une menace pour le christianisme.

L’Acad√©mie se caract√©risait par le fait d’√™tre une institution organis√©e , pour y entrer, il √©tait essentiel d’avoir un certain type de connaissances, en particulier les math√©matiques. Il y avait une biblioth√®que et une r√©sidence √©tudiante. Pour cette raison, compte tenu de sa structure, il a √©t√© associ√© comme mod√®le pour les universit√©s contemporaines .

Des cours et des s√©minaires dans divers domaines tels que l’astronomie, la physique, l’arithm√©tique, la philosophie, l’√©thique, la logique, entre autres, ont √©t√© dispens√©s √† l’Acad√©mie. En outre, une attention particuli√®re a √©t√© accord√©e aux connaissances philosophiques destin√©es √† la politique afin que les gens apprennent √† l√©gif√©rer et √† gouverner.

Platon √©tait un enseignant actif dans son √©cole avec d’autres amis, en fait c’√©tait la p√©riode au cours de laquelle il a √©crit un grand nombre de textes, principalement sous forme de dialogues.

De m√™me, il convient de mentionner qu’Aristote √©tait un √©tudiant de l’Acad√©mie, environ en l’an 367 avant JC, il √©tait un disciple de Platon, avec qui il a √©tudi√© la philosophie, travaill√© et nou√© une amiti√©.

Les dernières années de Platon

En 369 avant JC, Platon entreprit un second voyage √† Syracuse, √† l’invitation de Dion, pour assister √† la cour de Denys II, fils de Dionysos Ier, et prendre en charge son √©ducation.

A cette occasion, Platon n’a pas eu non plus une bonne exp√©rience et il a presque r√©ussi √† retourner √† Ath√®nes, o√Ļ Dion s’est √©galement r√©fugi√© apr√®s une dispute avec Dionysos II.

Plus tard, en 361 avant JC, Platon a de nouveau re√ßu une invitation de Dionysos II. Il fit donc un troisi√®me voyage √† Syracuse, cette fois accompagn√© de plusieurs disciples et laissant H√©raclide Pontique responsable de l’Acad√©mie.

Cependant, Platon a de nouveau eu une mauvaise exp√©rience et a fini par √™tre emprisonn√© par Dionysos II. Encore une fois, Platon a r√©ussi √† s’√©chapper et √† retourner √† Ath√®nes en 360 avant JC.

Pendant ce temps, Platon a repris ses activit√©s acad√©miques, qu’il a men√©es jusqu’√† ses derniers jours. Enfin, Platon mourut en 347 avant JC, √† l’√Ęge d’environ 80 ans.

Ňíuvres de Platon

Un grand nombre d’ouvrages ont √©t√© conserv√©s par Platon, dont la plupart ont √©t√© √©crits sous la forme d’un dialogue pour pr√©senter la pens√©e philosophique. Cependant, en ce qui concerne ses Ňďuvres, il y a quelques difficult√©s en termes d’authenticit√© et de paternit√©, ainsi que leur ordre chronologique correct.

Beaucoup d’Ňďuvres de Platon se caract√©risent par le fait d’avoir comme personnage principal son ma√ģtre Socrate, qui a men√© des d√©bats pour opposer les diff√©rents points de vue de ses disciples et √©tablir des connaissances √† partir des conclusions de ces activit√©s.

En ce sens, pour clarifier un peu l’authenticit√© des Ňďuvres de Platon, les chercheurs ont consid√©r√© les crit√®res suivants pour √©tablir sa paternit√© :

  • Tenez compte de la tradition de l’√©poque et des t√©moignages qui sont faits dans d’autres ouvrages concernant les textes de Platon.
  • Que le contenu de l’ouvrage suive la doctrine philosophique propos√©e par Platon.
  • Qu’il se conforme √† une m√©thode stylom√©trique, c’est-√†-dire que le style linguistique de l’Ňďuvre corresponde √† celui appliqu√© par Platon dans ses textes.

Concernant l’ organisation chronologique des Ňďuvres de Platon, l’ordre suivant a √©t√© consid√©r√©:

Dialogues socratiques ou jeunesse

On estime qu’il s’agit de textes √©crits entre 393 et ‚Äč‚Äč389 avant JC, dans lesquels une grande influence de Socrate est appr√©ci√©e. Les Ňďuvres les plus remarquables sont Apologie de Socrate, Ion, Euthyphro, Crito, Carmides, Laques, Protagoras, Lysis et Thrasymaque.

Dialogues de transition ou temps de transition

Ces textes couvrent les années 388-385 avant JC, en plus des thèmes socratiques, il y a aussi des textes de tendance politique et de philosophie linguistique. Le premier projet de la théorie des idées est même publié.

Les textes suivants sont inclus Gorgias, Hippias mineurs, Hippias majeurs, Cratylus, Menéxonus, Meno.

Dialogues de maturité ou critiques

Ces textes ont √©t√© √©crits entre 385-371 avant JC, Platon consolide sa th√©orie des id√©es et la th√©orie de la r√©miniscence. De m√™me, les mythes les plus marquants du philosophe √©mergent et renforcent les questions de politique et d’√©thique.

√Ä partir de cette p√©riode, on peut citer les Ňďuvres suivantes: Banquet, Phaedo, Phedrus et Republic.

Dialogues critiques

Cette derni√®re √©tape a √©t√© d√©velopp√©e entre 370-347 av.J.-C. Platon √©tait d√©di√© √† revoir de mani√®re critique ses id√©es pr√©c√©dentes, Socrate n’est plus le personnage principal et introduit des probl√®mes li√©s √† la nature. La th√©orie des id√©es perd de son importance √† partir d’une perspective ontologique.

Parmi les Ňďuvres qui se d√©marquent, citons Mentheto, Parm√©nide, Sophists, Politico, Timaeus, Critias, Ep√≠nomis, Laws et Philebus.

De mani√®re g√©n√©rale, on peut aussi dire que Platon a √©crit sur les formes de gouvernement qu’il consid√©rait comme les plus aptes √† exercer, l’aristocratie id√©ale, la d√©mocratie et la tyrannie, m√™me s’il √©tait tr√®s √©loign√© de l’activit√© politique.

Théorie des idées

Platon, sculpture

Platon a d√©fendu l’existence du monde de l’immat√©riel.

La th√©orie des id√©es est la plus connue des Ňďuvres de Platon. En cela il fonde que, au-del√† des objets physiques, qu’il consid√®re imparfaits, il y a aussi les entit√©s qu’il consid√®re parfaites et qui font partie du monde de l’intangible , c’est-√†-dire les id√©es, qu’il consid√®re parfaites et non perceptibles. par les sens.

Pour Platon, les idées sont uniques, parfaites et immuables, même, il les décrit aussi comme immatérielles et simples. Pour accéder au monde des idées, il faut partir de la raison et de la compréhension.

Cependant, les id√©es sont organis√©es par ordre d’importance, en principe il y a l’id√©e de bien, le plus important et qui affecte toutes les autres, puis les id√©es sur la beaut√© et la justice suivent.

Pour Platon, le monde des id√©es est vrai, √©ternel et affecte m√™me le monde du tangible et du mat√©riel o√Ļ les √™tres humains se d√©veloppent et o√Ļ les id√©es sont imparfaitement copi√©es et imit√©es. Platon a illustr√© une dichotomie entre le monde sensible et le monde immat√©riel expos√© dans l’oeuvre R√©publique dans le mythe de la caverne.

Voir aussi Esthétique.

Phrases de Platon

Voici les phrases les plus marquantes de Platon:

  • “Le sage voudra toujours √™tre avec quelqu’un de meilleur que lui.”
  • “La meilleure richesse est de se contenter de vivre avec peu.”
  • “Le but de l’√©ducation est la vertu et le d√©sir de devenir un bon citoyen.”
  • “Les sages parlent parce qu’ils ont quelque chose √† dire, les imb√©ciles parlent parce qu’ils doivent dire quelque chose.”
  • “La pauvret√© ne vient pas de la diminution de la richesse, mais de la multiplication des d√©sirs.”
  • “Une bonne d√©cision est bas√©e sur la connaissance, pas sur les chiffres.”
  • “√ätre gentil avec tous ceux que vous rencontrez, c’est mener une bataille difficile.”
  • ¬ęQuand c’est la foule qui exerce son autorit√©, c’est plus cruel que les tyrans¬Ľ.
  • “Il n’y a pas de plus grande perfection dans le mal que de para√ģtre bon sans l’√™tre.”
  • “Je d√©clare que la justice n’est rien d’autre que la commodit√© du plus fort.”

 

√Čtiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *