Révolution française

La RĂ©volution française est considĂ©rĂ©e comme l’un des conflits sociaux et politiques les plus importants de l’histoire , d’une part parce qu’elle a marquĂ© le dĂ©but de l’ère contemporaine, et d’autre part parce qu’elle a signifiĂ© la fin de l’absolutisme et rĂ©pandu les idĂ©aux de libertĂ©, l’Ă©galitĂ© et la fraternitĂ© qui ont jetĂ© les bases du droit actuel et de la souverainetĂ© populaire.

Cette RĂ©volution a eu lieu entre 1789 et 1799 , dix ans au cours desquels un grand processus de changements a eu lieu qui a affectĂ© la France et d’autres nations europĂ©ennes. Elle reprĂ©sentait Ă©galement la fin de l’Ancien RĂ©gime, le dĂ©but de l’industrialisation et l’Ă©tablissement de la sociĂ©tĂ© bourgeoise.

En 1789, la France Ă©tait dominĂ©e par un système politique absolutiste contrĂ´lĂ© par le roi Louis XVI . Cependant, pendant le processus de la RĂ©volution, la sĂ©paration des pouvoirs a Ă©tĂ© Ă©tablie, le pouvoir lĂ©gislatif correspond donc Ă  l’AssemblĂ©e nationale, le pouvoir exĂ©cutif au roi et Ă  ses ministres, et le pouvoir judiciaire est attribuĂ© aux tribunaux.

De cette façon, le pouvoir du roi a Ă©tĂ© neutralisĂ©, qui croyait qu’il rĂ©gnait sous le droit divin, afin que le peuple puisse exercer sa souverainetĂ© et choisir librement ses dirigeants après un processus Ă©lectoral.

Ces changements ont conduit Ă  une sĂ©rie de consĂ©quences sociales majeures qui ont Ă©galement bouleversĂ© l’ordre social français.

Durante el Antiguo RĂ©gimen la organizaciĂłn social se caracterizaba por contar con dos estamentos, el clero y la nobleza, que tenĂ­an privilegios especiales de los que no gozaba el tercer estamento, (campesinos, siervos y la nueva clase burguesa), como por ejemplo, el payer des impĂ´ts.

Cet ordre social a Ă©tĂ© bouleversĂ© par l’auto-proclamation du tiers Ă©tat dans le cadre de l’AssemblĂ©e nationale en 1789, et qui a reçu un soutien important de la population, et qui a dĂ©clenchĂ© la prise de Bastille en juillet de la mĂŞme annĂ©e.

Enfin, la RĂ©volution s’est terminĂ©e par le coup d’État que NapolĂ©on Bonaparte a effectuĂ© en 1799, reconnu comme l’une des figures les plus marquantes de la RĂ©volution.

Causes de la Révolution française

En France, au XVIIIe siècle, une série de changements politiques, philosophiques, sociaux et économiques ont été vécus qui ont bouleversé les bases du système monarchique absolutiste qui dominait la population.

Illustration

VoltairePortrait de Voltaire, l’un des penseurs les plus Ă©minents des Lumières.

Au milieu du XVIIIe siècle, divers philosophes, hommes politiques et Ă©conomistes se caractĂ©risent par la promotion d’un mouvement intellectuel, nĂ© en France, qui dĂ©fend les principes de raison, d’Ă©galitĂ© et de libertĂ©, qui minent progressivement les fondements de la monarchie et les prĂ©tendus droits divins. que le roi possĂ©dait.

L’illustration est considĂ©rĂ©e comme le mouvement intellectuel qui a promu la RĂ©volution française, plaçant la raison et la critique avant la recherche de toute solution aux problèmes sociaux, politiques et Ă©conomiques de l’Ă©poque.

Parmi les penseurs les plus marquants et les plus influents figurent Voltaire (de son vrai nom François-Marie Arouet), Jean-Jacques Rousseau, Denis Diderot et Montesquieu. Ces penseurs priment sur les idĂ©aux imposĂ©s par l’Ancien RĂ©gime, l’absolutisme et les privilèges de la noblesse et du clergĂ©.

Causes Ă©conomiques

Les principales causes Ă©conomiques Ă©taient:

  • La bourgeoisie, qui Ă©tait la nouvelle classe montante, connaissait une croissance Ă©conomique significative en raison des progrès industriels et commerciaux. Cependant, avant l’Ancien RĂ©gime, ils ne jouissaient pas de privilèges tels que la noblesse ou le clergĂ©.
  • Le paiement des impĂ´ts Ă©tait assumĂ© par la bourgeoisie, les paysans et les artisans, qui constituaient les classes les plus dĂ©favorisĂ©es et les plus exploitĂ©es de l’Ancien RĂ©gime.
  • Il y eut une longue saison de mauvaises rĂ©coltes dans les annĂ©es 1780, qui conduisit Ă  une grave crise Ă©conomique et agricole qui se prolongea mĂŞme après la RĂ©volution.
  • Existence d’un grand nombre de taxes douanières qui rendaient l’activitĂ© commerciale difficile.
  • Bas salaires.
  • La monarchie avait des dĂ©penses très Ă©levĂ©es, il Ă©tait donc habituel d’utiliser l’argent de l’État pour couvrir ces coĂ»ts.

Causes politiques

Parmi les principales causes politiques figurent:

  • La France Ă©tait dirigĂ©e par une monarchie absolutiste qui, malgrĂ© les changements sociaux et politiques Ă  venir, n’a cessĂ© de dominer et de prendre des dĂ©cisions avec rigueur.
  • La noblesse et le clergĂ© n’Ă©taient pas disposĂ©s Ă  perdre leurs privilèges après la possibilitĂ© de mettre en Ĺ“uvre diverses rĂ©formes structurelles qui les affectaient.
  • Le système sociopolitique a gĂ©nĂ©rĂ© de grandes inĂ©galitĂ©s sociales.
  • La nouvelle classe bourgeoise, augmentant sa puissance Ă©conomique, gagnait du terrain en politique.

Causes sociales

  • La sociĂ©tĂ© Ă©tait divisĂ©e en trois classes: la noblesse (le premier Ă©tat ou premier Ă©tat), le clergĂ© (le second Ă©tat ou second Ă©tat) et le peuple (le tiers Ă©tat ou troisième Ă©tat).
  • La bourgeoisie, qui disposait dĂ©jĂ  d’un pouvoir Ă©conomique Ă©levĂ©, ne jouissait pas des privilèges de la noblesse et du clergĂ©, ce qui poussait cette nouvelle classe sociale Ă  aller contre la monarchie.
  • Les classes infĂ©rieures de la sociĂ©tĂ©, les paysans et les artisans, Ă©taient dans une grande crise en raison des impĂ´ts Ă©levĂ©s qu’ils devaient payer, des bas salaires et des pĂ©nuries alimentaires dues aux mauvaises rĂ©coltes.
  • Les idĂ©es des Lumières se rĂ©pandaient dans la sociĂ©tĂ© en gĂ©nĂ©ral.

Voir Ă©galement l’illustration.

Les étapes de la Révolution française

La libertĂ© guidant le peuple - DelacroixLa libertĂ© guidant le peuple, peinture d’Eugène Delacroix (1830).

La RĂ©volution française s’est dĂ©veloppĂ©e en diffĂ©rentes Ă©tapes prĂ©sentĂ©es ci-dessous.

Premier Ă©tage (1789-1791)

États généraux

Les États gĂ©nĂ©raux de 1789 furent les derniers convoquĂ©s par l’Ancien RĂ©gime. Elle eut lieu le 5 mai 1789 Ă  Versailles après une convocation du roi Louis XVI, afin de trouver une solution Ă  la grave crise financière Ă  laquelle la France Ă©tait confrontĂ©e.

Enfin, la souverainetĂ© de l’Etat français Ă©tait reprĂ©sentĂ©e par la noblesse, le clergĂ© et le peuple. Ce dernier avait plus de reprĂ©sentants que les autres, qui seront plus tard soutenus par un grand nombre de dĂ©putĂ©s de la noblesse et du clergĂ©, suivant les conseils du curĂ© Sieyès.

De cette manière, l’AssemblĂ©e nationale a Ă©tĂ© crĂ©Ă©e le 17 juin 1789, ce qui a entraĂ®nĂ© un changement juridique sans prĂ©cĂ©dent.

Assemblée nationale

Une fois l’AssemblĂ©e nationale constituĂ©e le 17 juin 1789, les membres de l’AssemblĂ©e approuvèrent la DĂ©claration des droits de l’homme et du citoyen comme première mesure, le 26 aoĂ»t de la mĂŞme annĂ©e.

Cependant, le roi Louis XVI interdit aux reprĂ©sentants du Tiers État d’entrer dans la salle oĂą ils s’Ă©taient rencontrĂ©s quelques jours auparavant. Cependant, les membres de l’AssemblĂ©e ont trouvĂ© un autre lieu de rencontre Ă  Versailles, le Ball Game Hall, oĂą ils ont jurĂ© le 20 juin la crĂ©ation d’une nouvelle Constitution pour la France.

Par la suite, le 27 juin, le roi céda à une telle situation et le 9 juillet, ladite assemblée fut rebaptisée Assemblée nationale constituante, où la première Constitution française fut approuvée le 3 septembre 1791.

Assemblée nationale constituante (1791)

L’AssemblĂ©e Ă©tait composĂ©e de trois grands groupes comme suit:

  • A droite se trouvaient les anciennes classes aristocratiques, conservatrices et privilĂ©giĂ©es.
  • Un groupe modĂ©rĂ© de partisans du ministre Jacques Necker a formĂ© le parti dĂ©mocrates royalistes.
  • Ă€ gauche se trouvaient la plupart des membres de l’assemblĂ©e reprĂ©sentĂ©s par les figures les plus notables de la bourgeoisie (Mirabeau, Lafayette, Billy) et des classes populaires (Robespierre, Jacobins, cordeliers, entre autres).

Son but Ă©tait de dĂ©centraliser le pouvoir, de rĂ©organiser l’administration de la justice en tenant compte de la nouvelle division territoriale, de rĂ©glementer l’Ă©galitĂ© des citoyens en matière de paiement des impĂ´ts, de renforcer le commerce intĂ©rieur, l’Église catholique a commencĂ© Ă  dĂ©pendre de l’État une fois son patrimoine nationalisĂ©, entre autres.

Prise de Bastille

Prise de BastilleTableau représentant la prise de la Bastille le 14 juillet 1789.

La prise de Bastille eut lieu le 14 juillet 1789. Ce fut le point de dĂ©part de la RĂ©volution française et de la fin de l’Ancien RĂ©gime . C’Ă©tait une prison oĂą tous ceux qui s’opposaient aux abus de la monarchie Ă©taient envoyĂ©s.

Cependant, la destitution du ministre des Finances Jacques Necker, le 11 juillet 1789, est considĂ©rĂ©e comme le moteur de la prise de Bastille, qui aurait montrĂ© un grand intĂ©rĂŞt pour la rĂ©solution des problèmes financiers et, qui a Ă©galement manifestĂ© de l’intĂ©rĂŞt pour le Tiers État. .

Face Ă  une telle situation, les libĂ©raux craignaient que les conservateurs, avec l’appui des troupes royales, ne ferment l’AssemblĂ©e constituante. Pour cette raison, une multitude de personnes se sont rassemblĂ©es Ă  Paris et ont combattu continuellement jusqu’au 14 juillet, jour de la prise de la Bastille et de cet espace devenu un symbole de l’Ancien RĂ©gime.

De cette manière, la RĂ©volution se rĂ©pandit dans le reste de la France. Le 4 aoĂ»t 1789, l’AssemblĂ©e nationale constituante approuva l’Ă©limination de la dĂ®me, l’abolition de la fĂ©odalitĂ©, entre autres accords, pour faire place Ă  l’Ă©galitĂ© sociale en termes de paiement des impĂ´ts, d’accès aux fonctions publiques et de pĂ©nalitĂ©s. C’est ainsi que la noblesse et le clergĂ© perdirent leurs privilèges.

Constitution de 1791

La nouvelle AssemblĂ©e Nationale Constituante remplit la fonction lĂ©gislative de rĂ©daction et de promulgation de la Constitution de 1791, d’une tendance monarchique dans laquelle la division des pouvoirs Ă©tait exposĂ©e comme suit: LĂ©gislatif, ExĂ©cutif (exercĂ© par le roi) et Judiciaire.

Fuite du roi Louis XVI et de sa famille

Compte tenu du cours que prend la RĂ©volution, le roi Louis XVI et sa famille dĂ©cident de fuir Ă  l’Ă©tranger, oĂą ils avaient auparavant rĂ©conciliĂ© des alliĂ©s avec les monarchies d’Autriche et de Prusse, pour attaquer les mouvements rĂ©volutionnaires.

Cependant, ils ont Ă©tĂ© dĂ©couverts Ă  Varennes le 21 juin 1791 et sont retournĂ©s Ă  Paris, oĂą ils sont restĂ©s en dĂ©tention jusqu’Ă  ce que plus tard le roi Louis XVI revienne Ă  son poste exĂ©cutif de monarque. Cet Ă©vĂ©nement a provoquĂ© la fuite de nombreux aristocrates et ecclĂ©siastiques. Il a Ă©galement radicalisĂ© un sentiment anti-monarchique.

Deuxième étape de la Révolution française (1792-1804)

Fin de la monarchie (1791-1792)

La monarchie constitutionnelle Ă©tablie sous les règlements de la Constitution de 1791, a Ă©tĂ© affectĂ©e par des affrontements internes en faveur de la RĂ©volution, et par des menaces extĂ©rieures de rĂ©tablir la monarchie absolue par l’Autriche et la Prusse.

De mĂŞme, chaque jour, les tensions entre les clubs politiques, tels que les Jacobins, les cordistes et les Girondins, mĂŞme avec la bourgeoisie conservatrice, Ă©taient plus marquĂ©es. Après cette situation de crise politique, sociale et financière, la monarchie constitutionnelle n’a pas pu remplir un an de fonction.

Par consĂ©quent, l’AssemblĂ©e Ă©tait hostile et dĂ©clara la guerre Ă  l’Autriche et Ă  la Prusse. Au milieu d’un tel bouleversement social, l’AssemblĂ©e a cessĂ© les fonctions exĂ©cutives du roi Louis XVI le 10 aoĂ»t 1792, lorsque le palais des Tuileries a Ă©tĂ© envahi.

De même, des élections ultérieures ont été déclenchées au suffrage universel et le 20 septembre 1792, un nouveau parlement a été créé, connu sous le nom de Convention nationale, qui a mis fin à la monarchie et établi la République.

Le 17 janvier 1793, le roi Louis XVI est condamné à mort pour conspiration contre le peuple et le 21, il est exécuté en public. Quelques jours plus tard, sa femme, la reine Marie-Antoinette, a été exécutée.

Convention républicaine (1792-1794)

La nouvelle RĂ©publique française a commencĂ© sous le règne des Girondins, et a Ă©tĂ© caractĂ©risĂ©e par faire face Ă  l’une des Ă©tapes les plus difficiles dans laquelle divers affrontements anti-rĂ©publicains ont eu lieu, la lutte pour le pouvoir et face Ă  une forte coalition europĂ©enne qui Ă©tait contre ce qui s’est passĂ© en La France et cela, Ă  leur tour, ont conduit Ă  la formation de l’armĂ©e nationale française.

Plus tard, les Jacobins radicalisĂ©s dirigĂ©s par Maximilien Robespierre, entre autres, sont arrivĂ©s au pouvoir et une pĂ©riode connue sous le nom de règne de la terreur a Ă©tĂ© Ă©tablie entre 1792 et 1794 , en raison de l’utilisation aveugle de la guillotine. A ce stade, une nouvelle Constitution française a Ă©tĂ© publiĂ©e.

Cependant, en 1794, la popularité de Robespierre diminue et une révolte populaire surgit qui le renversa.

Troisième étape. Le Directoire (1795-1799)

La bourgeoisie revient au pouvoir et une troisième Constitution est rédigée le 17 août 1795, qui établit le Directoire, type de gouvernement adopté par la Première République française plus modérée et qui laisse derrière lui la position radicale des Jacobins.

Cependant, la France connaĂ®t toujours une grave crise Ă©conomique et une instabilitĂ© politique et sociale. Cela a conduit Ă  la formation d’une deuxième coalition europĂ©enne contre la France. A cette Ă©poque, le gĂ©nĂ©ral NapolĂ©on Bonaparte revenait d’Egypte après avoir reçu un appel des membres du Directoire.

Fin de la Révolution française

NapolĂ©on BonaparteNapolĂ©on Bonaparte est reconnu comme l’une des figures les plus importantes de la fin de la RĂ©volution française.

Le 9 novembre 1799, un coup d’État brumaire est menĂ©, dirigĂ© par Bonaparte, qui le place au pouvoir, après quoi il met fin Ă  la RĂ©volution française.

C’est ainsi que le sort de la France a changĂ©, de 1799 Ă  1815, NapolĂ©on a aboli le Directoire et a rĂ©gnĂ© en tant que Premier Consul et plus tard en tant qu’empereur, Ă©tendant son idĂ©al nationaliste et d’Ă©galitĂ© Ă  travers l’Europe et le reste du monde. De mĂŞme, Bonaparte a rĂ©ussi Ă  assurer la stabilitĂ© politique, Ă©conomique et sociale en France.

 

Étiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *