Socrate

Socrate √©tait l’un des philosophes grecs les plus influents de la pens√©e universelle. Cependant, fait curieux, il n’a pas laiss√© d’ouvrages √©crits ni fond√© d’√©cole, tout ce que nous savons de lui a √©t√© gr√Ęce aux t√©moignages √©crits de ses √©l√®ves et disciples, en particulier X√©nophon, Aristophane et Platon.

La position philosophique de Socrate était innovante et très influente à son époque, pour cette raison, les penseurs avant lui sont appelés pré-socratiquesDe cette manière, la différence entre les positions philosophiques antérieures aux positions socratiques est marquée.

Les r√©flexions les plus importantes de Socrate ont port√© sur l’√™tre humain, en particulier sur la vertus et vices ou ignorance, ainsi que dans l’√Ęme et l’√©thique. Comme m√©thode d’analyse a largement utilis√© le dialogue et l’argumentation.

En ce sens, Socrate passait la plupart de son temps à initier des dialogues et des discussions dans divers espaces publics, car pour lui, les dialogues avaient une plus grande portée de discussion que les textes.

Il √©tait le professeur de Platon qui, plus tard, eut Aristote comme disciple, d’o√Ļ sa position philosophique est devenue connue longtemps apr√®s sa mort. Ces trois philosophes grecs ont √©t√© les repr√©sentants les plus importants de la philosophie grecque antique et de la pens√©e occidentale.

Premières années

Socrate est n√© √† Ath√®nes √† la fin du Ve si√®cle en 470 av.J.-C. Son p√®re √©tait Sofronisco, un sculpteur qu’il suivit sur les traces de sa jeunesse, d’o√Ļ il r√©alisa l’ensemble des statues des trois gr√Ęces qui d√©coraient l’entr√©e de l’Acropole .

D’autre part, sa m√®re √©tait Fen√°reta, qui travaillait comme sage-femme. Ses parents auraient √©t√© li√©s √† Aristide le Juste.

Socrate a re√ßu l’√©ducation traditionnelle de l’√©poque enseign√© par son professeur Arquelao. Cependant, il y a des chercheurs qui croient que Socrate peut aussi avoir √©t√© un disciple d’Anaxagoras et avoir connu les doctrines des philosophes √©l√©atiques qui ont √©merg√© entre le 4√®me et le 5√®me si√®cle avant JC.

Socrate est toujours a souligné sa capacité de raisonnement et sa facilité à parler lors de ses dialogues, dans lequel il appliquait une délicate ironie lors de ses questions.

Des philosophes contemporains comme X√©nophon, Aristophane et Platon l’ont d√©crit comme un homme sage, passionn√© de dialogue. Parfois, leur description et leur r√©f√©rence peuvent √™tre un peu id√©alis√©es.

En ce qui concerne son apparence, Socrate était caractérisé comme un homme de petite taille, un ventre saillant, des yeux exorbités et des lèvres épaisses, et son apparence était échevelée.

Activité politique et militaire

Socrate a peu particip√© aux activit√©s politiquesOn peut m√™me dire qu’il les √©vitait, bien qu’il ait toujours √©t√© un bon citoyen qui respectait les r√®gles √©tablies √† Ath√®nes. Cependant, il a critiqu√© son syst√®me politique pour ne pas le consid√©rer comme le plus id√©al pour tous les citoyens.

D’autre part, Socrate a servi en tant que soldat √† plusieurs reprises et a particip√© aux batailles de Samos (440 avant JC), Potidaea (432 BC), Delio (424 BC) et Amphipolis (422 BC), d√©velopp√©es tout au long de la guerre de la P√©loponn√®se.

Au cours du d√©veloppement de ces batailles, Socrate a sauv√© la vie d’Alcibiade, un homme politique et soldat dont il √©tait l’ami et le professeur, et qui plus tard a √©galement sauv√© la vie du philosophe.

Cependant, bien qu’il ait d√Ľ participer aux batailles susmentionn√©es, Socrate a estim√© qu’il √©tait plus utile dans son pays en se consacrant √† la philosophie et non aux affrontements arm√©s.

Mariage

Socrate s’est mari√© √† un √Ęge un peu avanc√© √† une noble femme de famille nomm√©e Xantipa, avec qui il a eu deux filles et un fils. On dit que Xantipa a tr√®s mal trait√© le philosophe et a √©t√© impoli avec lui, cependant, il manque des informations v√©ridiques √† ce sujet.

Mort de Socrate

Peinture, mort de Socrate

Mort de Socrate, huile de Jacques-Louis David (1787).

Face √† l’instabilit√© politique et sociale qui s’est produite √† Ath√®nes apr√®s la guerre du P√©loponn√®se et au r√®gne ult√©rieur des trente tyrans, Socrate a gagn√© plusieurs ennemis qui ne partageaient pas sa position contre l’√Čtat ath√©nien et la religion transmise, ce qui allait √† l’encontre de sa position.

De m√™me, il y avait ceux qui consid√©raient l’amiti√© de Socrate avec Alcibiade et Critias comme dangereuse. Par cons√©quent, en 399 avant JC le philosophe a √©t√© accus√© d’impi√©t√©, corrompant la morale des jeunes et introduisant de nouveaux dieux.

Socrate a prouv√© son innocence lors de sa d√©fense, il s’est m√™me servi de sa d√©licate ironie qui en a boulevers√© plus d’un. Cependant, il a √©t√© reconnu coupable et condamn√© √† boire de la pruche, un poison mortel utilis√© en Gr√®ce pour appliquer la peine de mort.

Les excuses de Platon r√©v√®lent des d√©tails importants sur la d√©fense de Socrate lors de son proc√®s, dans lequel il a fait preuve de s√©r√©nit√©. Le philosophe aurait pu √©luder la phrase avec l’aide d’amis, mais il s’est conform√© √† la d√©cision et s’est conform√©e √† la phrase, m√™me si pour beaucoup, elle √©tait injuste.

Socrate est mort en 399 avant JC. C., à 70 ans.

Apports philosophiques de Socrates

Sculpture de Socrate

Les contributions philosophiques de Socrate ont influencé la pensée moderne.

D√©terminer ce qu’ont √©t√© l’h√©ritage et les contributions de Socrate a √©t√© une t√Ęche difficile en raison de l’absence de textes de sa propre paternit√©.

Nous n’avons que les t√©moignages de ses disciples ou amis qui pr√©sentent Socrate selon leur propre vision, ce qui a soulev√© des doutes sur la v√©racit√© des sources.

Cependant, les t√©moignages et textes jug√©s fiables ont √©t√© pris en compte, parmi lesquels ceux de X√©nophon, Aristophane et Platon se distinguent, m√™me ceux qui co√Įncident avec diverses donn√©es d’int√©r√™t et recueillent clairement la pens√©e de Socrate.

Par exemple, l’historien grec X√©nophon a d√©clar√© qu’il √©tait important pour Socrate de former de bons hommes. D’autre part, le com√©dien grec Aristophane expose dans son Ňďuvre Les Nuages, que Socrate se consacre √† l’√©tude de la nature.

Platon, pour sa part, a mis dans la bouche de Socrate beaucoup de ses propres pens√©es et non celles de son professeur, surtout dans les dialogues √©crits pendant sa maturit√©, d’o√Ļ des doutes sur la v√©racit√© de ses r√©f√©rences √† la pens√©e socratique.

Cependant, les dialogues qu’il a √©crits pendant sa jeunesse refl√®tent plus fid√®lement la pens√©e de Socrate qui, plus tard, a influenc√© sa position philosophique et transmis √† ses disciples, dont Aristote.

Mais, au-del√† des difficult√©s √† d√©terminer les vraies paroles de Socrate, il faut noter que sa position philosophique a exerc√© une grande influence sur la pens√©e universelle et a marqu√© la diff√©rence entre les penseurs pr√©socratiques et tous ceux qui l’ont suivi.

En ce sens, Socrate a √©tabli une s√©rie d’aspects fondamentaux de la vie de l’√™tre humain sur lesquels il a fond√© sa position philosophique, parmi lesquels se d√©tachent les suivants:

  • Socrate est parti de l’id√©e que les √™tres humains devraient placer leurs pens√©es au centre du monde pour avoir une meilleure vision de ce qui les entoure.
  • Ses enseignements sont n√©s de r√©flexions √©thiques et morales qui l’ont conduit √† reconna√ģtre sa propre ignorance et ignorance. Une fois notre ignorance d√©termin√©e, nous pouvons apprendre et √™tre vertueux.
  • La vertu la plus importante de l’√™tre humain est la sagesse, qui doit s’apprendre car elle n’est pas inn√©e. La sagesse ajoute les autres vertus telles que l’amour, le respect, l’honn√™tet√©, la justice, le bonheur, l’√©thique, entre autres. Permettez notre propre reconnaissance.
  • Vous ne pouvez aspirer au bonheur qu’en travaillant √† partir de la sagesse, qui √† son tour conduit au bien et √† la justice. Au contraire, la personne vicieuse agit par ignorance parce qu’il manque de connaissances.
  • Pour Socrate, la personne qui sait le bien est vertueuse, heureuse et sage. Elle est celle qui se sent libre, en paix et m√®ne une vie √©quilibr√©e dans laquelle elle enseigne et transmet le bien par ses actions.
  • Sa m√©thode de recherche √©tait le dialogue et le questionnement assumant une position d’ignorance ou ¬ęd’ironie socratique¬Ľ. De cette mani√®re, Socrate a reconnu les succ√®s ou les incongruit√©s des r√©ponses qui, selon lui, d√©terminent la connaissance ou l’ignorance des gens.
  • Sa philosophie √©tait bas√©e sur les concepts de vertu, de sagesse et de bonheur.
  • Il croyait au besoin r√©el de gouvernements compos√©s de personnes sages et exp√©riment√©es, car les probl√®mes transcendantaux ne peuvent √™tre r√©solus que par la connaissance et non par l’ignorance.

Son h√©ritage est devenu encore plus grand et reconnu apr√®s sa tragique condamnation √† mort prononc√©e par la d√©mocratie ath√©nienne, pour de nombreux injustes, mais qu’il a d√©cid√© de respecter.

Voir également:

  • Platon.
  • Aristote.

Ma√Įeutique

Socrate

Socrate a utilis√© la ma√Įeutique et la dialectique avec ses √©tudiants.

La ma√Įeutique √©tait la syst√®me d’enseignement employ√© par Socrates pour aider √† la naissance ou √† la d√©couverte de la connaissance et de la v√©rit√© √† travers des questions. Le mot mayeutic d√©rive du grec mayeuta, qui signifie ¬ęsage-femme¬Ľ, une profession que sa m√®re exer√ßait.

Socrate a appliqu√© la ma√Įeutique pour aider ses √©tudiants √† d√©couvrir leurs id√©es et leurs v√©rit√©s. Pour ce faire, il a men√© de longues conversations avec ses interlocuteurs qu’il a trouv√©s dans n’importe quel espace public et √† qui il a pos√© un grand nombre de questions. Puis il s’est oppos√© √† leurs r√©ponses jusqu’√† ce que la personne trouve la v√©rit√© pour elle-m√™me.

Comme d’habitude, Socrate passait pour ignorant devant ses interlocuteurs, √† qui on a fait croire qu’ils √©taient sages, cela a √©t√© appel√© ¬ęl’ironie socratique¬Ľ.

Socrate visait √† d√©montrer par un raisonnement par questions et r√©ponses que tout n’est pas connu et qu’il faut admettre l’ignoranceDe cette fa√ßon, la ma√Įeutique a commenc√©, se connaissant.

Dialectique

La dialectique était le méthode de conversation appliquée par Socrate avec ses interlocuteurs.

Socrate a entam√© une conversation et dans son d√©veloppement il a fait une s√©rie de questions pr√©c√©demment analys√©es mais, dont il a questionn√© les r√©ponses afin d’exposer les contradictions ou les incongruit√©s de son interlocuteur, il a ainsi reconnu son ignorance.

 

√Čtiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *